Archives de l’auteur : Marie-Véronique Delhalle

Pensons à dire aux gens qu’on aime, qu’on les aime…

Ce 1er novembre, j’étais invitée à un concert-cérémonie dans le cadre de la Toussaint. Le thème de ce concert était l’amour. Et cet amour a été conté au travers de textes intenses, chanté par des voix tantôt douces, tantôt puissantes, et superbement mis en musique par un orchestre de chambre où joue une de mes nièces. Un très beau moment suspendu empli de belles émotions. Alors que certaines chansons, certains textes clamaient la puissance de l’amour, de quelques mots d’amour, comme le dit Michel Berger dans sa chanson du même nom, d’autres évoquaient la douleur de l’amour interrompu trop vite, la douleur de l’absence, la douleur de n’avoir pas pu ou de n’avoir pas eu le temps, de dire cet amour… Ah la musique, quel beau vecteur, quel magnifique amplificateur, d’émotions !!!

« Des mots doux, c’est mieux qu’un requiem ou qu’un chrysanthème… »  P. Fiori

Ce dernier aspect, le fait de ne pas avoir eu le temps de dire notre amour, le fait d’être pris au dépourvu par la vie (ou plutôt par la mort inattendue), m’amène à vous parler d’une chanson qui me donne des frissons à chaque fois que je l’entends, tellement elle me fait vibrer, je veux parler de la chanson « Les gens qu’on aime » chantée par Patrick Fiori et écrite par Jean-Jacques Goldman. C’est tellement beau et juste quand il nous rappelle l’importance de dire aux gens qu’on aime, à quel point ils comptent pour nous, à quel point ils changent nos heures amères en poème. Et quand il nous rappelle que ces mots que nous taisons (et j’ajoute : pour 1001 raisons), il faut les dire avant, tant qu’il est temps, les dire de temps en temps… N’a-t-il pas raison quand il nous dit que des mots doux, c’est mieux qu’un requiem ou qu’un grand chrysanthème ?! Je trouve vraiment cette chanson, qui nous rappelle quelque chose d’essentiel, superbe, un baume pour le cœur. Vous trouverez le lien à la fin de cet article, je vous invite vraiment à aller l’écouter.

Oui, prenons le temps de dire aux gens qu’on aime, qu’on les aime ! Même si, et je sais de quoi je parle, cela n’est pas toujours facile… Voilà qui m’amène tout naturellement à vous partager une page importante de mon histoire, une page qui me porte encore aujourd’hui, 10 ans après les faits. J’en ai parlé dans mon mémoire en Communication relationnelle, rédigé entre 2009 et 2010, et cette page s’appelle Le cadeau

J’ai vécu avec une mère, j’ai pu dire « au revoir maman »

Lors d’une de ses conférences, Jacques Salomé dit une phrase qui me toucha et m’interpella : « Quand la mère meurt, la maman disparaît à jamais ».

Je suis née dans une ferme dans un contexte très conflictuel. La vie était dure pour mes parents et les soucis étaient très souvent sources de disputes. De plus, ils vivaient chez mes grands-parents, ce qui augmentait les raisons de se disputer ! La relation que j’ai eue avec ma mère, a été, pour autant que je me souvienne, une relation pas évidente, dure, principalement matérielle où il n’y avait pas ou très peu de place pour de l’affectif, voire même pour seulement de l’écoute.

Pourtant le 13 octobre 2008, j’ai écrit les mots suivants : « J’ai vécu 40 ans près d’une mère et aujourd’hui, j’ai pu dire au revoir maman ! »

Vendredi 10 octobre 2008, mon frère m’appelle dans la soirée et me dit : « Maman vient d’être transférée dans le service des soins palliatifs ». Notre maman était à l’hôpital pour un cancer qui s’était généralisé. Les mots soins palliatifs étaient tellement loin de mon jargon habituel, qu’il fallut un certain temps pour que mes neurones se relient et me fassent comprendre que cela voulait dire que la fin approchait à grands pas… Après avoir raccroché, j’étais à la fois choquée et perdue.

Le lendemain, j’avais normalement une journée de formation en Communication relationnelle avec ma formatrice de cette époque, Martine L. Ça se bousculait en moi : d’une part mon mental me disait : « Tu ne vas pas à ta formation et tu vas directement à l’hôpital » et d’autre part, une petite voix, qui venait de l’intérieur, me disait : « Tu vas à ta formation le matin et tu vas à l’hôpital l’après-midi… ». Je sentais que cette petite voix savait pourquoi elle me disait cela, je l’ai donc écoutée, confiante que l’après-midi serait un moment parfait pour aller voir maman.

A l’atelier, j’explique ce que je vis et je demande à faire un exercice relationnel : me préparer à dire au revoir à maman ! Ma formatrice et mes collègues savaient que c’était pour moi une relation très compliquée, dans laquelle le mot amour n’avait pas vraiment de place. Tout le monde avait bien compris l’urgence de la situation ainsi que mon intention de ne rester que le matin à la formation. Ce fut donc très vite à mon tour de faire mon exercice ou plutôt mes deux exercices…

Tout d’abord, lors du premier exercice, alors que j’exprimais un ressenti de « non-amour » dans ma relation à ma mère et que j’avais du mal à trouver des preuves d’amour à mon égard, il me revint, après un long silence, un évènement important où se trouvait une belle preuve d’amour pour moi !
NB : Qu’on ne me fasse pas dire ce que je n’ai pas dit : cela ne voulait pas dire que ma mère ne m’aimait pas, non, c’est juste que moi, avec mon regard, mon ressenti, dans cette relation très compliquée, dans cette vie très dure, je ne voyais, ne ressentais aucune preuve d’amour. Je sais qu’elle m’a aimée à sa façon et je sais aussi qu’elle n’avait jamais appris à le montrer, à l’exprimer. C’était comme ça, les sentiments, quels qu’ils soient, ça ne se montrait pas !

Donc il me revint l’évènement suivant : quand j’avais 19 ans, nous avons été agressés, mes parents et moi, dans notre maison un soir, par des hommes cagoulés et armés. Et quand un de ces hommes m’a menacée de son arme, ma mère lui a crié en se mettant devant moi : « Laissez-la, prenez-moi à sa place mais laissez-la partir » !

J’entends encore ma formatrice me dire à ce moment-là : « Ben non, c’est vrai que ça, ce n’est pas une preuve d’amour… » Je lui suis encore aujourd’hui d’une immense reconnaissance de m’avoir aidée à faire émerger cette preuve d’amour que, seule, je ne trouvais pas.

Imprégnée de ce « non-amour » cependant, j’étais incapable de manifester de l’amour, voire de la tendresse à ma mère… et elle allait partir… à jamais.

C’est pourquoi ma formatrice m’a demandé de faire un deuxième exercice : elle m’a demandé de faire le tour du cercle et, à voix haute, de dire le prénom de chacune suivi des mots : « Je t’aime » !!! Je l’ai regardée et je lui ai dit qu’elle me demandait l’impossible ! Ce sont des mots que j’ai déjà énormément de mal à dire à mes très proches (probablement parce que je ne les ai jamais entendus de mes parents qui eux-mêmes ne les ont jamais entendus des leurs, etc., etc. Disons que ça ne semble pas être dans nos gênes !), mais alors, les dire à des amies ou connaissances… autant vous dire qu’il y a eu un grand blanc, un silence, rien qui sortait. Et ma formatrice, imperturbable, sans aucun signe d’impatience, attendait calmement, simplement. Après je ne sais pas combien de temps, je me suis littéralement « arraché » ces mots de ma bouche, une fois, deux fois, trois fois…. Jusqu’avoir fait tout le tour !!! Cela m’a coûté un effort surhumain et je l’ai fait !

Dans le courant de l’après-midi de cette même journée, je suis donc allée à l’hôpital, dans le service des soins palliatifs où se trouvait maman. Elle était dans un semi-coma. Les infirmières m’ont expliqué qu’elle entendait tout ce qu’on disait et que sa manière de répondre, c’était par un clignement des paupières. Elle dormait, le visage serein (ce qui changeait du visage crispé par la douleur que nous avions l’habitude de voir depuis qu’elle était à l’hôpital). Elle était toute belle, installée dans le plus grand confort possible. Il y avait même de la musique classique dans la chambre ! Je lui ai parlé et j’ai pu lui dire des mots comme : « Merci. Merci pour ce que je suis. Va en paix… ». J’ai même pu lui dire ces fameux mots que j’avais répétés une douzaine de fois le matin-même : « Je t’aime » (chose totalement inimaginable, inconcevable pour moi, encore quelques heures plus tôt !). Et je sais qu’elle m’a entendue car elle a cligné des yeux juste après que j’aie parlé. J’ai encore des frissons en écrivant ces lignes…

L’impossible à mes yeux est devenu possible. J’ai même pu prendre ses mains dans mes mains, je me suis appuyée sur son épaule. Je pouvais la toucher, chose que j’étais incapable de faire jusqu’alors… Ma formatrice nous avait justement expliqué le matin, que le toucher était la clé de l’ouverture du cœur. Je me sentais connectée à l’énergie du matin, à l’énergie du groupe et cela me portait, me donnait la force, l’énergie dont j’avais besoin.

Des moments réparateurs de toute une vie et porteurs pour toute la vie…

Maman est partie le surlendemain. Nous étions là, mon frère, ma fille et moi-même. Je lui ai parlé, elle a cligné des yeux et elle s’en est allée ! Nous étions là pour lui souhaiter Bon voyage. C’était triste et émouvant bien sûr et en même temps, je me sentais apaisée d’avoir pu lui dire toutes ces choses que je lui avais dites. J’étais sincère en lui disant dans mes pensées : « Pars en paix ». Je considère le fait de nous avoir permis d’être présents au moment où elle s’en est allée, comme un cadeau… Pour moi, c’est comme si elle m’avait dit : « Merci ! Maintenant je peux partir tranquille ». C’est vraiment ce que j’ai ressenti.

Voilà comment, après avoir vécu avec une mère, j’ai pu dire au revoir à ma maman !!! J’ai écrit à ce moment-là : « Je viens de vivre des moments réparateurs de toute une vie et porteurs pour toute la vie !!! Je suis dans un Merci sans borne ».

La chance, le coup de bol, on peut les aider !

Ce que je croyais impossible a été rendu possible. Car je suis consciente qu’il a fallu toutes ces circonstances bien particulières pour que cela soit : l’atelier du matin avec la preuve d’amour enfin trouvée, la répétition des mots : Je t’aime, le semi-coma, le fait qu’elle était toute belle, le visage serein, qu’elle sentait bon la rose, etc… Oui, il a fallu tout ça et il s’est passé tout ça, pour que je puisse vivre ce moment de grâce et dire à ma maman, ces trois mots si simples, si beaux, si profonds, si intenses, si intimes et parfois si durs à dire, que sont les mots : « Je t’aime ». Cela fait 10 ans que cela s’est passé et je ressens toujours la même force et la même gratitude d’avoir pu vivre cela !

Quand je dis que c’est important de dire aux gens qu’on aime, qu’on les aime, j’en ai mesuré l’impact ce jour-là ! Je sais aussi que ce n’est pas toujours facile, que cela paraît même parfois impossible pour 1001 raisons. On pourrait se dire que j’ai eu de la chance, que c’est un coup de bol que tout ça s’est passé comme cela ! Moi, je pense que la chance, le coup de bol, on peut les aider ! Et même si, dans certains cas, cela demande un travail relationnel, un véritable nettoyage relationnel, comme on dit dans notre jargon, cela n’a pas de prix au final.

Personnellement, j’avais déjà fait d’autres choses pour nettoyer ma relation avec ma mère avant ce que je viens de vous raconter. Et j’ai continué encore après son départ. Car j’ai assez vite compris, que ces moments de grâce, si beaux soient-ils, ne m’épargneraient pas, malgré tout, de devoir faire le deuil de la « maman » que je n’avais pas eue et que je n’aurais donc jamais ! Jacques Salomé avait bien dit : « Quand la mère meurt, la maman disparaît à jamais »… Je me suis donc occupée de cela. Cela m’a pris un peu de temps mais finalement pas tellement. Maintenant je peux dire que je ne ressens plus que de l’amour et de la gratitude quand je pense à elle.

On peut même faire des choses de manière symbolique…

On peut même faire des choses de manière symbolique dans un premier temps quand cela nous paraît tellement inimaginable dans le réel… Jacques Salomé nous avait partagé, je me souviens, l’exemple d’une personne pour qui toute communication avec sa fille avait été interrompue et était devenue impossible et qui en avait le cœur déchiré. Et il nous a raconté que cette personne, pour garder espoir et pour prendre soin de son grand amour pour sa fille, lui écrivait des lettres de manière très régulière, et qu’ensuite, puisqu’elle savait que ses lettres n’arriveraient pas jusqu’à sa fille, elle les gardait précieusement dans une boîte. Un jour, sa fille a ouvert la boîte et a pu lire les lettres…

Et quand c’est vraiment difficile d’exprimer notre amour avec des mots, pour plein de raisons qui nous appartiennent, on peut commencer par des petites attentions, subtiles, délicates, qui sont à elles seules, des mots doux, juste exprimés d’une autre manière… Imaginez que vous vous levez le matin, que votre amoureux est déjà parti, et que vous trouvez du café tout frais sur la table, alors que lui boit du thé, n’est-ce pas une de ces petites attentions subtiles, délicates, équivalant à un petit mot doux ?

Ne peut-on pas également utiliser des poèmes ou des chansons existantes qui disent ce qu’on voudrait dire encore mieux qu’on ne le ferait soi-même ?… J’ai visionné récemment une émission sur le chanteur Francis Cabrel et quand on prend la peine d’écouter les paroles de certaines de ses chansons, comme par exemple « Je l’aime à mourir » ou « L’encre de tes yeux » ou encore « Je t’aimais, je t’aime et je t’aimerai », c’est de l’orfèvrerie, de la dentelle, tellement c’est joliment dit, tellement c’est beau, tout en étant simple. Ne nous privons pas d’emprunter d’aussi beaux textes, s’ils peuvent nous aider à exprimer notre amour à ceux qu’on aime.

« J’aurais voulu avoir eu le courage d’exprimer mes sentiments… »

Savez-vous qu’un des cinq regrets les plus fréquents chez les personnes en fin de vie, c’est le regret de ne pas avoir eu le courage d’exprimer ses sentiments ? Que ce soit pour dire aux gens qu’on les aime ou pour s’exprimer en toute franchise, dans les deux cas, la majorité des personnes ont du mal à exprimer leurs sentiments. Et c’est quelque chose qu’on ne nous apprend pas vraiment, à part dans des formations spécifiques, comme la Communication relationnelle ou la CNV ou… Dans cet article, je vais me concentrer uniquement sur le thème de l’expression de nos sentiments d’amour. En ce qui concerne, l’expression de nos sentiments, de nos émotions plus inconfortables comme la colère, la tristesse…, cela sera l’objet d’un autre article.

Prenons donc les devants concernant ce regret qu’ont certains de ne pas avoir dit ou montré leur amour à un proche avant qu’il soit trop tard ! Cela me fait penser à une autre très belle chanson, plus ancienne celle-ci, mais oh combien touchante. Je veux parler de la chanson « Mon vieux » de Daniel Guichard. Souvenez-vous, ça se termine ainsi : « Dire que j’ai passé des années, à côté de lui, sans le regarder, on a à peine ouvert les yeux, nous deux. J’aurais pu, c’était pas malin, faire avec lui, un bout de chemin, ça l’aurait peut-être rendu heureux, mon vieux. Mais quand on a juste quinze ans, on n’a pas le cœur assez grand, pour y loger toutes ces choses-là, tu vois. Maintenant qu’il est loin d’ici, en pensant à tout ça, je me dis : j’aimerais bien qu’il soit près de moi, Papa. »
En fait, cette chanson me fait penser à mon histoire avec mon papa. Mais ça, c’est une autre histoire, tout aussi belle, in fine, que je raconterai probablement également un jour… Je voudrais juste que vous sachiez déjà qu’en faisant des choses pour moi, des actes symboliques dans le cadre de ma relation avec lui, alors qu’il était décédé, cela m’a permis de finalement, après quelques années, me sentir en paix et ressentir de l’amour, alors que j’étais loin de ça quand il s’en est allé inopinément… A suivre.

Apprenons peut-être de nos jeunes…

Quand je vois avec quelle facilité certains jeunes, plutôt des filles me semble-t-il, ponctuent leurs messages d’un « Je t’aime » à la fin, et pas forcément adressé à un amoureux mais aussi à un proche, simplement très proche, à qui elles veulent juste dire : « Tu comptes beaucoup pour moi », je me sens à la fois admirative, voire envieuse et aussi désarmée, moi qui, comme vous l’avez compris, fais partie des personnes qui ont tant de mal à dire ces trois mots, si simples, si beaux, si intimes. Peut-être que nous pouvons nous inspirer d’eux…

Maintenant à vous, je vous invite à exprimer votre amour à minimum deux personnes que vous aimez, aujourd’hui, que ce soit par un geste, une attention, un mot, un texto, un poème, une chanson… Oui, dites aux gens que vous aimez, que vous les aimez, et comme le dit Patrick Fiori : « Faites-le avant, faites-le de temps en temps » ! Et si vous n’y arrivez pas seul, demandez de l’aide. Ça n’a pas de prix.

Prenez soin de vous !

Je vous aime… (c’est déjà plus facile à dire au pluriel 😉 )

Avec joie, passion et énormément de gratitude,

Marie-Véronique Delhalle
Positive Coach, révélatrice des priorités de Vie
également formatrice en Communication Relationnelle, méthode ESPERE, de Jacques Salomé

Lien vers la chanson « Les gens qu’on aime »
Lien vers la chanson « Mon vieux »

Extraits des paroles de la chanson « Les gens qu’on aime » (Patrick Fiori), tirée de l’album ‘Promesse’, que je vous recommande vraiment :
(NB: Je suis toute excitée car je vais pouvoir entendre et voir cette chanson – et plein d’autres – en life ce 15 décembre à Bxl !!! J’ai trop hâte…)

(…)
On veut toujours attendre la prochaine,
Remettre au lendemain
C’est bien plus simple d’émettre des haines
Bien anonyme, tapi dans son coin
Et coulent nos vies, et l’eau des fontaines
L’avide quotidien
Et passent les jours, et puis les semaines, bambadabada
(…)
On devrait dire aux gens quand on les aime

Trouver les phrases, trouver le temps
Qu’ils changent nos heures amères en poème
On devrait tout se dire avant

Il faut le dire aux gens quand on les aime
Comme ils comptent pour nous chaque instant
Des mots doux c’est mieux qu’un beau requiem
Et tant qu’on est là, bien vivants
Tout se dire tant qu’il est temps…

 

 

 

 

Comment augmenter son estime de soi ?


Je participe prochainement à la journée de l’estime de Soi. Je me suis donc laissé porter par le sujet et je vous laisse découvrir où cela m’a menée… Pour plus d’infos sur cette journée de l’estime de soi, voir à la fin de l’article.

Avoir de l’estime pour quelqu’un d’autre, ça veut dire quoi ? Il s’agit d’une appréciation favorable que l’on porte sur quelqu’un, une bonne opinion qu’on en a. C’est avoir une grande considération pour une personne. On dira de quelqu’un qu’on estime : « C’est quelqu’un que j’apprécie » ; « C’est une personne que je respecte », « J’ai une grande estime, une grande considération pour lui/elle »…

Tout comme je peux avoir de l’estime pour une autre personne, je peux avoir de l’estime pour moi-même. Je peux m’apprécier, me respecter, avoir de la considération pour qui je suis, ce que je fais. L’estime de soi, c’est ce que je pense de moi, c’est comment je me vois, je me perçois. Elle est une valeur changeante.

Voyons un peu où nous en sommes, chacun, concernant ce sujet…

Voici quelques questions que je vous invite à vous poser :
Quel opinion ai-je de moi, de qui je suis, de ce que je fais ? Quel regard je porte sur moi-même ? – > Est-ce que je vois plutôt tout ce que je n’arrive pas à faire, tout ce qui tourne de travers avec moi dans ma vie ? au risque de pas arriver à voir ce que je réussis, ce qui va bien…
– > OU BIEN est-ce que j’arrive à voir tout ce que je réussis, tout ce qui fonctionne bien, tout ce qui roule ? et du coup je me sens de plus en plus sûr(e) de moi…

Comment changer le regard que je porte sur moi-même si celui-ci est plutôt critique, dévalorisant ?
– Comment puis-je apprendre à apprécier ce que je fais et à m’apprécier moi ?
– Comment puis-je apprendre à respecter ce que je fais et à me respecter moi ?
– Comment puis-je apprendre à avoir de la considération pour ce que je réalise et à avoir de la considération pour moi-même ?

Et si vous étiez votre meilleur ami…

A ceux pour qui cela semble compliqué de répondre à ces questions, je voudrais vous proposer de faire une sorte de jeu qui consisterait à vous voir comme si vous étiez votre meilleur ami. Il s’agit donc d’arriver à vous dire à vous-même ce que vous diriez à ce meilleur ami (qui est, normalement, quelqu’un que vous estimez vraiment beaucoup, vous êtes bien d’accord ?!).

Allons-y. Imaginez : Vous venez de terminer un gros rapport sur lequel vous buchez depuis plusieurs jours. Vous avez d’autres dossiers sur le feu et vous passez tout de suite à autre chose.
Maintenant, imaginez que votre meilleur ami vous téléphone et vous dise, avec un grand soulagement, qu’il a enfin terminé le rapport dont il vous avait parlé la semaine avant. Vous lui direz probablement quelque chose comme : « Waouh, génial, tu vois que tu y es arrivé ! Je n’en doutais pas ! Savoure bien cette ‘victoire’, tu le mérites ! »
Maintenant, je vous invite à vous dire ces mots-là à vous-même (devant un miroir, si c’est plus facile pour vous) : « Waouh, génial, tu vois que tu y es arrivé ! Je savais que tu pouvais le faire dans les temps ! Savoure bien cette ‘victoire’, tu le mérites ! ». Bien entendu, vous mettez vos mots à vous, et ensuite, vous prenez le temps de ressentir ce qu’il se passe en vous…

Un autre exemple : vous venez de cuisiner un délicieux gâteau. Vous le goûtez et trouvez que tout est parfait. Et vous passez ensuite à autre chose, comme dresser la table par exemple. Maintenant, imaginez que vous êtes chez votre meilleur ami et que vous mangez un gâteau qui vous goûte bien, qu’allez-vous lui dire à votre meilleur ami ? « Oh, ton gâteau est vraiment un délice !  La quantité de crème est juste parfaite, ni trop, ni trop peu, c’est un régal ! » ou quelque chose comme cela, pas vrai ? Eh bien, la prochaine fois que vous êtes content de quelque chose que vous avez cuisiné, vous vous direz comme vous diriez à votre meilleur ami : « Oh ton gâteau (ou…) est vraiment délicieux !  Le dosage de … est juste impeccable, c’est un vrai régal ! » Ensuite, vous prendrez la peine de ressentir ce qui se passe en vous…

Petite remarque : comme c’est de vous à vous, n’ayez pas peur d’y aller dans le compliment ! Vous y iriez à fond pour votre meilleur ami, non ? De plus, cela doit atteindre, non seulement votre cerveau, qui n’est probablement pas très habitué à entendre ce genre de propos, mais aussi et surtout, votre cœur et chacune de vos cellules qui doivent non seulement entendre ce compliment mais surtout le ressentir…

Un dernier exemple (pour la route). Imaginons que vous ne soyez pas une grande spécialiste en technique (je  me permets d’écrire au féminin ici parce que, en fait, je vous parle de moi), que vous êtes même plutôt « technouille », comme j’ai entendu récemment et j’ai trouvé ce terme très intéressant, et vous venez de réussir un truc assez compliqué comme créer un formulaire sur votre site, formulaire qui est directement relié à une liste dans votre autorépondeur… Que diriez-vous à votre meilleure amie dans ce cas-là ? Ça pourrait être quelque chose comme : « Waouh, eh bien dis-donc, là, tu m’épates ! Tu vois que tu arrives à faire des trucs d’un certain niveau ! Pas si « technouille » que ça ! En tous cas, bravo ! »

Maintenant, à vous (et à moi) d’aller vous dire ces mots devant un miroir !!! Oui, oui, vous m’avez bien lue. Je n’ai pas dit qu’il devait y avoir du monde autour de vous quand vous le faites ;-)… Non, ça se fait seul(e) avec soi-même… Et de nouveau, prenez le temps de ressentir comment vous vous sentez…

Petite précision : si vous avez du mal à faire l’exercice en vous regardant dans le miroir (ça arrive), adressez-vous à une photo de vous que vous aimez bien ou encore vous vous parlez, tout simplement (sans miroir, sans photo). Mais de nouveau j’insiste, veillez à faire cela quand vous êtes seul ;-). Ce qu’il faut, c’est trouver le truc qui vous convient à Vous.

Je pense que vous avez compris l’idée, vous n’avez plus qu’à pratiquer ! Et plus vous allez faire cela, prendre le temps d’apprécier ce que vous faites, de le valoriser et d’en ressentir les bienfaits, plus vous vous apprécierez vous-même, vous vous accorderez de la considération, de l’importance… Essayez.

Voir nos succès, valoriser notre travail, on a plus de mal…

N’est-ce pas nous qui sommes les plus durs avec nous-même en général ? Nous critiquer ou banaliser ce que nous faisons, nous savons faire, nous pouvons même être expert, mais voir nos succès, valoriser notre travail, on a plus de mal ! Apprenons à nous parler comme nous parlerions à notre meilleur ami. Car finalement, la seule personne avec laquelle nous sommes tout à fait certain de vivre tous les jours de notre vie, c’est bien nous, vous êtes d’accord ?! Dans ce cas, autant devenir notre meilleur ami, vous ne trouvez pas ?

Une autre manière d’apprendre à vous apprécier, pourrait être la suivante : en fin de journée, au meilleur moment pour vous, vous relevez trois petits ou grands accomplissements personnels de votre journée. Ça peut être : j’ai enfin donné le coup de fil à untel, que je reporte depuis trois jours, tout comme ça peut être : j’ai terminé d’écrire mon premier livre ! Vous avez compris qu’entre ces deux exemples il y a une infinité d’autres accomplissements (ou réalisations ou succès) possibles… Vous voyez l’idée ? Et pour chacune des choses accomplies, pour lesquelles vous êtes content, voire fier de vous, vous prenez le temps de savourer votre satisfaction, voire de vous féliciter (encore une fois, de vous à vous ou avec un partenaire qui vous comprend et qui joue le même jeu).

Vous pouvez pousser l’exercice jusqu’à avoir votre « carnet de succès » ou « carnet de réalisations » ou… dans lequel vous notez tout ça. Puis, de temps en temps, par exemple en fin d’année, vous vous replongez dedans et vous vous direz : « Waouh, j’ai fait tout ça, moi ?! » Il en résultera que votre appréciation de vous-même, votre estime de soi, qui avait déjà grimpé d’un cran au moment de chacun des évènements, remontera encore d’un cran (voire de plusieurs crans) lors de cette relecture !

S’aimer soi, se porter des preuves d’amour à soi-même…

Apprendre à s’apprécier, à se porter de la considération, à se donner de la valeur, nous rapproche d’une notion qui semble parfois étrange pour certains, je veux parler de l’amour de soi. Mais au fait, c’est quoi l’amour de soi ? Jacques Salomé, un de mes mentors, parle d’un sentiment composé de bienveillance, de respect, d’ouverture envers notre personne dans son intégralité.

Nous apporter de l’estime, de l’appréciation, du respect, de la bienveillance, ne sont-ce pas des preuves d’amour envers nous-même ? D’ailleurs cela me fait penser au tout premier article que j’ai publié sur mon blog. Je vous invite à aller le lire ou relire : « Pourquoi vous parler de passion ? Commençons par les petits plaisirs ». Dans cet article, je parle en effet d’apprendre à s’autoriser des petits plaisirs pendant la journée, d’apprendre à se choisir soi… Se permettre de s’arrêter pour savourer un bon café sur une terrasse ou de fermer les yeux cinq minutes au soleil et ressentir la chaleur sur son visage, autant de petites attentions qui ne sont finalement rien d’autres que des petites preuves d’amour envers soi-même…

S’autoriser à s’inscrire à un cours de danse en soirée (en acceptant que cela chamboule un peu l’organisation du soir), n’est-ce pas également une preuve d’amour envers soi-même ? Comme je l’explique dans l’article cité ci-dessus, se choisir soi (plutôt que de faire plaisir à Pierre, Paul ou Jacques) n’est pas forcément facile, mais tellement bénéfique pour tout le monde, pour soi bien sûr, mais aussi pour les autres, qui retrouvent une compagne (ou maman ou…) contente d’avoir fait quelque chose qui lui a fait du bien et qui, du coup, va rayonner ce contentement, cette joie tout autour d’elle !

Plus on va s’aimer soi, se porter des preuves d’amour, s’autoriser, se permettre, etc., plus cela changera l’opinion que nous avons de nous-même et fera remonter notre estime de soi.

Pour terminer, je vous dirais qu’augmenter notre amour de nous-même et notre estime de nous-même peut se faire d’énormément de manières différentes… Il s’agit d’un sujet extrêmement vaste, qui a occupé une grande place dans ma quête personnelle cette dernière décennie. J’ai en effet cherché, testé, appris, pratiqué, et ensuite enseigné, un grand nombre d’exercices divers très intéressants pour prendre soin de soi, pour apprendre à s’aimer soi.

Récemment, j’ai eu une conversation avec des jeunes et j’ai compris à quel point ils se sentent démunis en la matière et surtout à quel point ils sont demandeurs de réponses à la question : « Mais on fait comment ? » Voilà pourquoi je me suis dit que je ne pouvais plus garder tout ça pour moi et que l’idée a émergé de rassembler le meilleur dans un cours en ligne. Voilà qui est dit ! Il ne me reste plus qu’à relever les défis techniques que cela engendre… Alors, si ce petit cours en ligne vous intéresse, vous pouvez me le faire savoir, vous serez ainsi parmi les premiers prévenus et ça me motivera. Merci déjà et à très bientôt.

Prenez soin de vous et pensez à être votre « meilleur ami » !

Avec Joie, Gratitude et Passion,

Marie-Véronique Delhalle
Positive Coach – Révélatrice de Priorités de Vie
contact@marie-veronique-delhalle.com
www.marie-veronique-delhalle.com

Infos sur la  journée de l’estime de soi  : cliquez ici
Présentation de mon atelier : page conférences (faites défiler)

INDEX DES ARTICLES

Deux approches possibles pour la lecture des articles de ce blog :

Soit vous faites défiler cette page et tous les articles vont se suivre dans l’ordre repris ci-dessous (le plus récent apparaissant en premier)

Soit vous choisissez l’article qui vous intéresse et vous cliquez sur le lien correspondant à côté de son titre.

Je vous souhaite une excellente lecture !

  • Il y a de quoi être chamboulé… Maintenant, plus le choix, il faut vibrer ! (lire l’article)
  • En quête de sens, en quête de Soi, et en plus on trouve la Joie ! (lire l’article)
  • Comment conserver les bienfaits des vacances ? Comment faire pour continuer à se sentir bien ? (lire l’article)
  • Une histoire de cœur, et rien  voir avec la Saint-Valentin 😉 (lire l’article)
  • 2017 : Et si on arrêtait de se prendre la tête… pour écouter plutôt notre cœur ?! (lire l’article)
  • Les trois étapes pour bien terminer une année et bien en commencer une autre… (lire l’article)
  • Comment faire en sorte que notre peur de mourir diminue ? Derrière la plus grande des peurs, mourir, se cache le plus grand des désirs… Vivre !  (lire l’article)
  • Qu’Est-ce qui fait que 95% des gens se contentent de vivre leur vie en-deçà de leurs rêves et de leurs capacités ? (lire l’article)
  • On passe plus de temps à planifier ses vacances qu’à planifier sa vie ! (lire l’article)
  • Ils sont contagieux et c’est tant mieux ! (lire l’article)
  • Pourquoi vous parler de Passion ? Commençons par les petits plaisirs… (lire l’article)

Il y a de quoi être chamboulé… Maintenant plus le choix, il faut vibrer !

Pendant ce mois de décembre 2017, je me suis sentie bizarre, vous savez, envie de rien, une certaine apathie dont je n’arrivais pas à me défaire, de la fatigue, un passage à vide… Comme dirait Johnny Halliday : « Donnez-moi envie, envie d’avoir envie » (*). Oui, c’est ça, pas d’envies et pas envie d’avoir envie. De plus, j’ai constaté dans mon entourage, que je n’étais pas la seule à me sentir dans cet état-là. Alors je me suis dit : « Il y a autre chose que la fatigue de saison, la déprime des journées courtes, le cafard de l’hiver ». Voilà donc le départ de mon enquête de ce mois : Qu’est-ce qui nous met dans cet état-là ? Enquête, qui, comme vous allez le lire, à l’instar de Jules Verne, m’a menée jusqu’au centre de la terre…

Avez-vous déjà entendu parler du fait que la terre a un champ magnétique autour d’elle, qui, entre autres, la protège du soleil et plus exactement des vents solaires ? Si pas, eh bien voilà qui est fait. Ce champ magnétique trouve son origine en son centre, il sort à un des deux pôles, tourne autour de la terre et retourne dans le centre de celle-ci à l’autre pôle. Ce champ magnétique est un véritable bouclier de protection.

Les aurores boréales : spectacles magiques, d’une rare beauté…

J’en profite pour faire une petite parenthèse, savez-vous ce qu’est une aurore boréale (boréale si elle est au nord ou australe si elle est au sud) ? Eh bien, il s’agit d’un phénomène qui s’observe principalement aux pôles, là où le champ magnétique terrestre entre et sort de la terre et donc est le moins épais. En fait, il s’agit de la rencontre entre les vents solaires et le champ magnétique terrestre et plus exactement avec certaines particules qui s’échappent par les pôles. Il se passe alors un phénomène physique dont je vous passe les détails, qui provoque ces spectacles particuliers, un peu magiques, qui sont le plus souvent d’une rare beauté.

Ma fille, qui était en Suède en 2017 dans le cadre d’un échange Erasmus, a piqué une petite pointe jusqu’en Laponie, le pays du père Noël et aussi un pays à aurores boréales et a pu en photographier (photo de l’article). En ce qui me concerne, c’est dans ma « bucket list » (lire l’article où je parle de la bucket list – ça se trouve à la fin de l’article sous le sous-titre Un exercice sympa)

Vous vous demandez peut-être pourquoi je vous parle de tout cela ? Vous allez comprendre.

Donc je vous rappelle que je pars de mon mal-être. Et pour trouver des réponses à mes questions je me suis plongée dans toute une série d’articles et vidéos dont, entre autres, les travaux du Dr Luc Bodin, que je vous recommande, cela dit en passant. Que ce soit ses livres, ses vidéos, ses webinaires, ses formations en ligne, vraiment, je trouve qu’il est une source d’informations très précieuse et très inspirante. A mon sens, il fait un excellent pont francophone entre la science (il est médecin de formation et a pratiqué pendant des années) et la spiritualité (les développements de l’esprit, de la pensée, des énergies…). Et par-dessus le marché, il est humble, intègre et aime rendre les choses simples, tout ce que j’aime. Vous trouverez les références de son site en bas de l’article.

Beaucoup d’entre nous ressentent un mal-être, une fatigue, etc. souvent inexpliqués…

Je me suis donc intéressée à ce qu’il a dit concernant la période particulière que nous vivons aujourd’hui au niveau de notre planète et des énergies qui y sont liées. Et je l’entends dire que beaucoup d’entre nous ressentent une souffrance, un mal-être, une fatigue, une angoisse, un stress, voire un état déprimé souvent inexpliqués si on se réfère simplement à notre environnement extérieur… Oui, il y a des changements qui se passent à l’intérieur de nous. Il y a certes des changements qui se passent à l’extérieur comme la météo qui n’a plus de saisons, des tempêtes et des ouragans de plus en plus fréquents, des guerres, des crises, etc., etc. et il y a des changements qui se passent à l’intérieur de nous, de manière invisible. C’est à cet aspect-là que je veux plutôt m’intéresser dans cet article. Que se passe-t-il en nous et d’où cela vient-il ?

Permettez-moi tout d’abord, de vous emmener faire un tour du côté de la terre. Il s’y passe en effet des choses importantes qui ont des répercussions invisibles sur nous. Voici les deux points majeurs :
D’une part, en ce qui concerne son champ magnétique :
1) le pôle nord magnétique (qui ne correspond pas exactement au pôle nord géographique et qui se déplace normalement un petit peu chaque année) se déplace de plus en plus vite et
2) le champ magnétique terrestre ralentit, baisse en intensité.
Deux éléments importants qui font présager qu’une inversion des pôles est à venir… (quand on dit à venir à l’échelle planétaire, cela reste vague et très relatif)

On doit absolument vibrer comme la terre, c’est ainsi…

D’autre part, on constate que le niveau vibratoire de la terre augmente, depuis plusieurs décennies, de manière exceptionnellement rapide. Notre système solaire serait mobile dans l’univers et entrerait dans une zone à plus grande vibrations…

Qu’est-ce que cela signifie pour nous ? Eh bien « L’être humain devant vibrer au même niveau que la terre, explique le Dr Luc Bodin, il doit sans cesse s’adapter à cette transformation. Ce qui veut dire faire monter son taux vibratoire ». Et d’ajouter : « C’est lorsque les individus ne s’adaptent pas à cette montée vibratoire, ou ne s’adaptent que partiellement, que des troubles peuvent apparaître chez eux ».

Et il est vrai que beaucoup de personnes se sentent totalement perdues parce qu’elles se retrouvent, sans s’en rendre compte, coincées entre le taux vibratoire de la terre et leur propre taux vibratoire. En effet, si ces deux taux vibratoires ne sont pas alignés, cela crée des troubles… On doit absolument vibrer comme la terre, c’est ainsi, donc si son taux augmente, le nôtre doit monter aussi. Et si on ne fait rien dans ce sens, si on reste au même niveau vibratoire, le décalage s’accentue, et c’est là qu’on se sent de moins en moins bien et que l’on se retrouve dans des énergies plus basses… Ceux qui ne montent pas vibratoirement, en quelque sorte, descendent !

Donc, avec le champ magnétique de la terre qui ralentit et le taux vibratoire de cette dernière qui augmente comme du jamais vu, il y a de quoi se sentir chamboulé énergétiquement ! Cela peut en effet occasionner une augmentation de fatigue, d’émotivité, d’anxiété, de maux de tête, de difficultés de concentration, d’insomnies, de vertiges, etc. Il me semblait bien que ma fatigue, mon mal-être, avaient une autre origine que simplement le cafard de saison. Et soit on s’adapte et on suit la montée vibratoire de la terre en faisant monter notre propre vibration, soit on a du mal à s’adapter et on tombe dans des énergies basses avec les conséquences que cela peut avoir. Voilà donc ce qui se passe à l’intérieur de nous et qui nous perturbe.

Trois axes pour s’adapter à ces changements…

Vous allez me dire : et que peut-on faire pour s’adapter à ces changements énergétiques de la terre qui, inévitablement, provoquent des changements énergétiques chez nous ? Et c’est là que le Dr Luc Bodin nous parle de trois axes, une approche que je trouve très intéressante : 1) Supprimer tout ce qui nous entraîne vers le bas, tout ce qui encrasse notre corps physique et psychique ; 2) Remonter notre énergie, notre niveau vibratoire ; 3) Elever nos pensées.

Magnifique programme, ne trouvez-vous pas ? Je vous propose de vous partager quelques pistes pour chacun des points.

1) Pour ce qui est de supprimer tout ce qui nous tire vers le bas, tout ce qui nous plombe, tout ce qui nous encrasse, il s’agit donc de nettoyer notre corps physique d’une part (en buvant beaucoup d’eau ou en faisant des cures de désintoxication par exemple) et de nettoyer notre corps psychique d’autre part. Nettoyer son corps psychique veut dire concrètement, se nettoyer des anciens conflits qui nous touchent encore, du stress omniprésent, des peurs qui nous empoisonnent l’existence, des croyances limitantes et des vieux programmes qui nous bloquent, et j’en passe. Comment ? Grâce à différentes méthodes, comme l’acupuncture, l’homéopathie ou encore la sophrologie (pour ne citer que ces trois-là) ou grâce à différents outils allant de la respiration abdominale à l’EFT ou les fleurs de Bach, en passant par Ho’Oponopono par exemple.

Il y a beaucoup de nouveaux outils, de techniques énergétiques, qui apparaissent à notre époque, et ce n’est pas un hasard si cela apparaît maintenant. C’est en réponse à ce qui se passe. Chaque outil a certainement sa raison d’être et c’est à chacun de nous de trouver celui qui lui correspond le mieux !

2) Ensuite, que peut-on faire pour recharger nos énergies, faire monter notre niveau vibratoire ? On peut commencer par des choses simples comme prendre soin de ce que l’on mange et boit, et de ce que l’on respire également. Faire de l’activité physique, vivre dans un lieu à bonnes vibrations sont également des moyens pour remonter son énergie. Méditer, s’entourer de beau, prendre soin de soi, développer des activités artistiques, être en contact avec la nature, rire, jouer… sont autant de manières pour faire remonter notre énergie, notre vibration. Cette liste est infinie.

Je vous invite à faire Votre liste, la liste de ce qui fera remonter votre énergie, votre vibration car n’oublions pas que nous sommes chacun Unique. C’est vraiment très important d’avoir une telle liste sous la main, croyez-moi, car quand on n’est pas bien et que l’on cherche quoi faire pour remonter son énergie, dans ces moments-là, si on n’a pas une liste à laquelle se référer, rien ne nous vient à l’esprit. C’est comme si les circuits étaient momentanément coupés ! Il m’arriver d’accompagner des clients à faire leur liste, celle qui contient Leurs boosters d’énergie.

Et pour terminer ce point, clarifier ce qui nous passionne, ce qui nous fait vibrer et ensuite l’activer et en faire petit à petit une priorité dans sa vie, est certainement un moyen de faire monter son niveau vibratoire ! Voilà qui donne encore plus de sens à mon métier… Oui, j’ai la chance d’aider les personnes à faire remonter leurs vibrations et à ainsi s’harmoniser aux vibrations de la terre pour in fine se sentir bien ! Gratitude. (en savoir plus sur le Test de la passion et le Coaching passion).

3) Troisièmement, élever nos pensées, c’est-à-dire avoir de plus en plus des pensées élevées d’un point de vue vibratoire. Mais qu’est-ce que cela veut dire ? Ca veut dire veiller à avoir le plus souvent possible des pensées positives, de joie, de passion, d’appréciation, d’amour en ressentant l’émotion qui y est liée (c’est important) … Comme la pensée humaine n’a jamais été aussi puissante, il est important, plus que jamais, de faire attention à nos pensées…

Veillons à envoyer des pensées positives, d’amour, de compassion aux autres et aussi (je dirais même surtout) à nous-même.

S’aimer soi et ensuite rayonner cet amour autour de soi, l’envoyer aux autres, vous fera vibrer très haut et vous aidera à vous adapter aux nouvelles énergies.

Notez que, si par contre, vous envoyez des pensées négatives, la puissance est la même ! Et n’oublions pas que quand on envoie des pensées négatives, on fait non seulement baisser le niveau vibratoire de l’autre, mais aussi le sien !

Cela me donne l’occasion de vous informer que maintenant j’ai agrandi mes services avec le Positive Coaching, qui est indépendant du Coaching Passion. Cela me permet d’aider les personnes qui le souhaitent, à avoir un regard plus porteur sur une situation particulière de leur vie et donc à avoir des pensées plus élevées par rapport à cette situation. Elles deviennent ainsi de plus en plus créatrices de ce qu’elles désirent et non de ce qu’elles ne veulent pas. (en savoir plus sur le Positive Coaching).

Personnellement, quand je sens que je suis dans des vibrations basses, donc que ça ne va pas, j’utilise entre autres l’outil que l’on appelle le Système de guidage de la nature, qui fait partie du processus du Test de la passion. Cet outil permet, d’une part, de libérer l’émotion non porteuse que l’on vit et, d’autre part, nous guide à remonter notre énergie, notre vibration. J’utilise pas mal également le Ho’Oponopono nouveau ainsi que l’EFT simplifié.
Mais, encore une fois, c’est à chacun de tester et de trouver ce qui lui convient.

La montée vibratoire de la terre nous apporte également des choses fabuleuses…

Si la montée vibratoire de la terre a des répercussions, disons inconfortables sur nous, elle nous apporte également des choses fabuleuses. En effet, en plus de l’apparition de nouvelles capacités, la montée du niveau vibratoire de la terre entraîne une montée de la conscience humaine. Ce qui va petit à petit amener plus de pensées d’altruisme, de compassion, d’intégrité, de partage, d’amour…

Chacun va de plus en plus être amené à développer la partie la plus pure de son être, son être profond, là où se trouvent ses aspirations, ses talents, ses dons, ses qualités, son unicité… sa mission de vie. (Et c’est ce que je fais avec le Coaching passions – en savoir plus).

De plus, avec cette montée de la conscience humaine, on commence à observer des nouveaux phénomènes, à voir de nouvelles capacités qui apparaissent. Nos 5 sens se développent : certaines personnes commencent à voir des choses qu’on ne voyait pas avant comme des nouvelles couleurs (l’ultraviolet dans un arc-en-ciel), à entendre des sons qu’on ne percevait pas auparavant comme le chant des baleines, à ressentir de nouvelles sensations au toucher, etc. Il y a des nouveaux chakras qui ont fait leur apparition (on parle de 13 chakras maintenant) et avec eux de nouvelles capacités comme la clairvoyance ou la télépathie. On parle également d’une modification de notre ADN avec de nouveaux gènes qui apparaissent…

A chacun de décider de monter en vibrations…

Donc vous voyez, nous nous dirigeons vers de belles choses, même si il est vrai que pour l’instant, nous sommes dans la période de transition, de passage, d’un paradigme à l’autre, d’un monde à l’autre et que cela n’est pas forcément une période facile.

En effet, il n’est pas facile de se sentir bien quand on est tiraillés, « le cul entre deux chaises » si je puis me permettre, d’une part, tirés vers le haut grâce à ces énergies nouvelles et cette montée de conscience et, d’autre part, tirés vers le bas par la société qui est une société plutôt anxiogène où tout est basé sur la peur, entretenue à tous les niveaux (peur de manquer, peur de ce qu’on va dire, peur du patron, peur de…, peur de…, peur de…). Nous nous retrouvons coincés entre ces deux tendances et ce n’est pas toujours facile à gérer, d’où l’apparition de troubles chez certains.

Je voudrais préciser que je ne dis pas que toutes les fatigues, toutes les insomnies, tous les vertiges, etc. sont dus au fait que les énergies changent mais par contre je dis que c’est à prendre en considération. Personnellement, je sens que cela explique beaucoup de choses concernant mon état d’Etre (de mal-être) récent.

A chacun de décider de monter en vibrations afin de s’harmoniser avec le taux vibratoire de la terre et d’élever sa pensée pour suivre l’évolution de la conscience humaine. Nourrissons-nous de positif et de beau et envoyons aux autres et à nous-mêmes du positif et du beau ! Avec la puissance actuelle de la pensée, les effets se feront sentir rapidement. Testez ! C’est comme cela que nous nous sentirons bien malgré les perturbations et que nous contribuerons à un monde meilleur, à ce que certains appellent le Nouveau monde…

Quand j’ai commencé cet article, j’étais dans cet état de non-envie dont je vous ai parlé au début. La seule envie que j’avais, en fait, était de travailler sur mon enquête et d’écrire cet article. Au début, je culpabilisais de cet ‘arrêt’, puis, petit à petit, j’ai accueilli et me suis laissée atteindre pas une acceptation, un certain lâcher-prise, « ceci ou cela n’est pas terminé, eh bien OK, ce n’est pas si grave finalement ».

Aujourd’hui, un peu plus de deux semaines plus tard, j’arrive au bout de mon article et j’ai retrouvé des envies, Oui. Mais c’est bizarre car j’ai l’impression que ce ne sont plus tout à fait les mêmes qu’avant… Comme si mes nouvelles envies étaient plus simples, plus légères, moins compliquées… Je ne sais pas expliquer, ce sera peut-être l’occasion d’un autre article… En tous cas, une chose est sûre, cela signifie que le moment est venu pour moi de refaire un Test de la passion pour clarifier quelles sont les choses les plus importantes pour moi aujourd’hui dans ma vie, les choses qui me font vibrer ! (si par hasard vous êtes dans le même cas que moi : voir Faire à nouveau le test).

Je vous souhaite du fond du cœur une année 2018 haute en couleurs et en vibrations ! Pour ceux que cela intéresse, voici le lien vers mon article « Comment bien clôturer une année et bien en commencer une autre » que j’ai écrit il y a un an et qui est bien évidemment d’actualité aujourd’hui (lire l’article).

Prenez soin de vous, aimez-vous car, comme le dit une chanson que je viens tout juste d’entendre : « Comment voulez-vous aimer les autres si vous ne vous aimez pas ? »

Avec Joie, Passion et Gratitude,

Marie-Véronique Delhalle

Si cet article vous a plu et si vous pensez que cela pourrait aider d’autres personnes, n’hésitez pas à le diffuser. Je vous en remercie.

Vous pouvez également me faire un retour par mail (contact@marie-veronique-delhalle). Cela me donne des indications sur ce que vous aimez lire et peut orienter mes choix rédactionnels.

L’adresse du site du Dr Luc Bodin : http://www.luc-bodin.com/ (une véritable mine d’or d’informations)

(*) si je vous cite Johnny Halliday, c’est parce qu’il est décédé il y a peu et que ses chansons ont tourné récemment en boucle sur les ondes, alors forcément je pense à lui.

En quête de sens, en quête de Soi, et en plus on trouve la Joie !

38104187_sIl y a quelques jours, informée par mon fils qu’une association d’étudiants de son université organisait la projection du film « En Quête de sens » en présence d’un des deux acteurs, j’ai saisi l’occasion et j’y suis allée avec une amie. J’ai redécouvert ce film-documentaire avec un immense bonheur ! Je pense que je l’ai encore plus apprécié que la première fois que je l’ai vu en 2015.
Un superbe éveil de conscience mis en images avec une grande authenticité.

« Rien n’avait vraiment été prévu pour la réalisation de ce film… »

Pour la petite histoire, lors de cette projection, Marc de La Ménardière, un des deux « héros » du film, qui était présent, racontait qu’en fait, rien n’avait vraiment été prévu, organisé pour la réalisation de ce film. Ils étaient en Inde pour la projection d’un autre film de Nathanaël, au Mexique pour des raisons privées, etc. et à chaque fois, ils en ont profité. Une fois sur place, ils se renseignaient, parlaient, cherchaient qui ils pourraient rencontrer… et les choses se mettaient en place ;-). « On y allait au feeling, à l’intuition » nous explique Marc. « A partir du moment où tu ne sais pas où tu vas, tu ne te perds pas » nous dit-il. « Le vrai voyageur, il ne sait pas où il va » a-t-il ajouté.

Tout en rejoignant Marc dans cette idée, j’ai envie de la peaufiner un peu selon ma vision des choses… En fait, je pense qu’il est important de savoir où l’on veut aller, de savoir ce que l’on veut créer (de la manière la plus claire possible !). C’est ce que j’appelle déterminer le QUOI. J’informe mes cellules, mon entourage, l’Univers de ce que je désire créer dans ma Vie (cela peut également s’appeler lancer une Intention). Ensuite, je fais les actions que je suis inspiré de faire tout en gardant bien en tête que le COMMENT cette chose va se réaliser, se concrétiser…, n’est pas complètement de mon ressort ! Oui, c’est très important de se rappeler cela. Et pour cette raison, je m’ouvre à tous les possibles car je sais que l’Univers a des ressources infinies que je ne soupçonne parfois pas le moins du monde… Ne vous est-il jamais arrivé de recevoir quelque chose que vous avez ‘demandé’ (consciemment ou inconsciemment), d’une manière complètement inattendue ? Moi, ça m’arrive souvent. L’Univers aime nous surprendre.

Un exemple amusant : il y a quelques années, j’étais en train de préparer une animation pour des enfants et j’avais absolument besoin de ronds dorés comme on utilise pour les tartes. Je savais que je pouvais en trouver chez Ava, un magasin de matériel de décoration et de bricolage. Je me souvenais qu’il y avait un tel magasin sur le trajet du bus que je prenais régulièrement mais je ne savais plus du tout où sur la ligne. Je prends mon bus comme d’habitude et sur le trajet du retour, à un moment donné, le bus s’arrête et ne redémarre pas. Après quelques instants le chauffeur nous informe que le bus est en panne et qu’un autre bus va nous venir nous chercher dans une trentaine de minutes. A ce moment, je tourne la tête et que vois-je ? Je vous jure que c’est vrai : le magasin Ava ! Oui, nous étions tombés en panne en face du magasin Ava. Donc, oui, l’Univers a parfois des manières tout à fait surprenantes de nous « livrer » ce que nous avons demandé ! Observez bien…

Quand je dis que le ‘Comment’ cela va nous arriver n’est pas complètement de notre ressort, cela ne veut pas dire qu’il ne faut rien faire, non, au contraire, il y a à faire des choses, à faire des actions en faveur de ce que je désire, à faire les choses que je me sens inspiré à faire, que je me sens poussé à faire, que j’ai envie de faire… Et ensuite, à s’ouvrir à tous les possibles ! Et c’est alors que des personnes, des situations, des choses, allant dans le sens de ce que nous désirons, se révèlent à nous (par un heureux hasard diront certains, par synchronicités diront d’autres ;-).

Et j’ai un peu l’impression que c’est ce qui s’est passé pour nos deux comparses du film. Comme dit Marc, ils ne savaient pas du tout quelle tournure les choses allaient prendre, ils faisaient confiance à leur intuition et ils passaient à l’action ! Une fois qu’ils savaient qu’ils voulaient obtenir des réponses (même s’ils ne savaient pas encore que ce serait un film-documentaire par la suite), ils avaient leur Quoi. Ensuite, ils ne savaient absolument pas comment ils allaient y arriver et  ils se sont laissé guider à faire certaines actions, ils se sont ouverts à ce qui se présentait à eux… Quand on voit le résultat, toutes ces personnes extraordinaires qu’on découvre dans le film, on se dit que ça a bien fonctionné (même si ça n’a pas été facile tous les jours…).

« Le plus dur, c’est de se mettre à nu comme cela, mais c’est pour cela que ça marche… »

Après plusieurs années de tournage, il fallait relier tous les différents petits films par un fil conducteur, une histoire, et là non plus, il n’y avait rien de prévu. Alors ils ont saisi (comme ils l’expliquent au début du film d’ailleurs) le personnage de Marc, curieux de tout, qui débarque à Delhi au festival où se trouve Nathanaël pour son film, et qui veut absolument faire un documentaire sur le changement et qui a une grande envie de tout comprendre…
Et c’est parti de là. Ils ont même dû aller chercher des images de Marc dans leurs rushs (leur bêtisier personnel) pour que le fil de l’histoire soit complet ! Voilà du coup un film-documentaire vraiment très naturel et on ne peut plus authentique et spontané. J’adore. « Le plus dur, c’est de se mettre à nu comme cela, dit Marc, de parler de tous ces concepts en ‘Je’ pour le cartésien que je suis à la base, mais c’est pour cela que ça marche ».

Je suis personnellement d’autant plus touchée par un film comme celui-là, que l’authenticité fait partie des cinq valeurs les plus importantes pour moi dans la vie ! Oui, voici un exercice supplémentaire que je vais ajouter dans mes programmes, il s’agit de clarifier ses valeurs profondes. Je l’ai fait pour moi cette semaine et il s’avère que l’Authenticité est la troisième dans mon Top 5 ! Et vous, connaissez-vous vos principales grandes valeurs ? Le Test de la Passion nous donne des directions à prendre pour aller vers la vie qui a du sens pour nous, y ajouter nos valeurs profondes affine encore plus notre plan de route ! (En savoir plus sur le Test de la passion en Individuel ou en groupe)

Revenons au film, en fait, de quoi s’agit-il ?

C’est une histoire personnelle autour d’un questionnement universel. Il s’agit d’un road-trip de deux amis d’enfance qui cherchent à comprendre ce qui a conduit le monde aux crises actuelles et d’où pourrait venir le changement. Ils rencontrent des personnes des quatre coins du monde (philosophes, écologistes, scientifiques, sages…), des gens cohérents entre ce qu’ils disent, ce qu’ils pensent et ce qu’ils font, des personnes lumineuses, inspirantes, qui partagent à nos deux voyageurs, leur propre vision des choses. Un puzzle de visions différentes qui nous aide à faire diverses prises de conscience comme l’importance d’un retour à la nature, d’un retour à soi… pour cette marche vers le changement.

Vous l’avez compris, je suis fan, et la bonne nouvelle, c’est que maintenant le film est en accès libre ! Merci Nathanaël, Marc et toute l’équipe. Comme dit Marc : « Voici une manière sympa d’introduire une conversation intéressante avec des proches sans pour autant passer d’emblée pour l’original de service 😉 ! » Vous trouverez les références du film au bas de cet article.

Quand on visionne un film comme celui-là, chacun, en fonction de qui il est et là où il en est dans sa vie, sera plus marqué par certaines parties plutôt que d’autres. Cela variera d’une personne à l’autre, c’est logique, nous sommes tous uniques, ne l’oublions pas. Je vais donc vous partager maintenant deux ou trois extraits de ce film qui m’ont particulièrement touchée parce qu’ils sont en alignement total avec mes convictions profondes.

« Par où commencer pour changer de façon de penser ? »

Tout d’abord, j’ai envie de vous citer José Luis Tenoch, un gardien des traditions du peuple Lacandon au Mexique :

Tenoch : « Nos esprits sont aliénés, colonisés et nos sens complétement anesthésiés. Quand il y a eu un tsunami par exemple : aucun animal n’a été tué, ils sont tous allés trouver refuge dans la montagne parce qu’ils savaient ce qui venait ! Alors pourquoi pas l’homme ? Parce qu’il était en train de regarder la télévision ! Nous avons perdu cette capacité d’observation qui permet de sentir les choses qui arrivent. Le changement est en train de venir, et il vient avec force. C’est précisément pour cela qu’il est urgent de commencer à changer notre façon de penser, et de commencer à vibrer à une fréquence plus élevée »

Marc : « Et par où commencer pour changer de façon de penser ? »

Tenoch : « Eh bien tout d’abord, par arrêter de penser à ce que nous ne voulons pas. Ton esprit ne sait pas si tu désires ce à quoi tu penses. Toutes nos pensées se manifestent dans ce monde matériel. Donc la seule chose à faire, c’est de transformer nos pensées négatives en pensées positives. Si nous ne voulons pas de guerres, il faut arrêter de penser « guerre » mais plutôt penser à la « paix ». Si nous ne voulons pas être malades, il faut arrêter de penser « maladie », mais plutôt penser « santé ». Ce sont nos pensées qui créent notre réalité. Notre vie, nos paroles, nos actions sont le reflet de nos croyances ».

Waouh, quand j’ai entendu ces mots, j’en ai eu la chair de poule ! Cela correspond tellement à ce que je dis dans mon quotidien et à ce que j’enseigne dans le cadre de mes Coachings ou ateliers, que de l’entendre de la bouche de ce Sage, ça m’a procuré une Joie de confirmation délicieuse !!!

Une campagne, non pas contre la violence, mais bien pour les bons traitements…

Il y a une phrase-clé dans le processus du Test de la passion, que je répète très souvent (y compris à moi-même), c’est la suivante : « Ce sur quoi je porte mon attention s’amplifie dans ma vie. » C’est exactement ce que dit Luis Tenoch. Si vous pensez à la « guerre », c’est cela qui va s’amplifier ! Et si vous pensez plutôt à la « Paix », c’est cela qui va s’amplifier ! Que vous pensiez à ce que vous voulez ou à ce que vous ne voulez pas, ce à quoi vous pensez sera amplifié !
C’est également ce que nous dit une phrase d’Henry Ford qui m’a portée pendant des années et me porte encore  :
« Si je pense que je vais réussir ou si je pense que je vais rater, dans les deux cas j’aurai raison ».

Voici deux questions que je vous invite à vous poser régulièrement : « Sur quoi est-ce que je suis en train de porter mon attention là maintenant ? » « Est-ce cela que je veux créer dans ma vie ?» Si la réponse à cette dernière question est ‘Non’, demandez-vous ce que vous voulez créer à la place et concentrez-vous sur cela ! Si vous vous posez ces deux questions régulièrement et que vous pivotez chaque fois que vous vous rendez compte que votre focalisation n’est pas au bon endroit, je vous annonce de belles choses dans votre vie.

Apprendre cette focalisation porteuse, c’est ce que je fais au travers du processus du Test de la passion et du Positive Coaching. N’hésitez pas à aller visiter mon site pour en savoir plus si cela vous parle, vous intéresse (Coaching passions-Positive Coaching).

Le jour où j’écrivais cet article, j’ai reçu dans ma boîte mail, un message complétement en alignement avec ce sujet, si cela vous intéresse, je l’ai ajouté en bas de l’article.

Dans  le même esprit, plus loin dans le film, nous découvrons Marianne Sebastien, fondatrice de l’ONG Voix libres en Bolivie. Elle nous explique qu’ils ont lancé une campagne, non pas contre la violence mais bien une campagne des bons traitements

La seule chose utile, c’est la Joie, le Rire…

Depuis 20 ans, Marianne Sebastien (Fondatrice de Voix Libres International, thérapeute par le chant) travaille avec les populations défavorisées de Bolivie, en intégrant le développement personnel à l’entreprenariat. Une approche qui a permis de poser les bases d’une société non-violente où tout part des plus pauvres.

Elle nous dit : « (…) Quand on vit avec des gens qui ont été exploités depuis cinq siècles, et qui vivent à 1000 mètres sous terre, la seule chose utile c’est la JOIE. La seule chose utile, c’est le RIRE. Si je n’avais pas ri et chanté avec des centaines de personnes en prison, dans les rues ou dans les ordures où je travaille en Bolivie, il n’y aurait pas Voix Libres. Je n’ai finalement que peu de choses à voir là-dedans, parce que le rire, l’amour, est dans le cœur de chacun, mais il faut juste les déterrer. Parce que nos vies ont fait qu’il y a des espèces de papiers mouillés sur notre cœur. Et le feu ne prend plus.

Il n’y a pas de développement extérieur, pour moi, s’il n’y a pas de développement intérieur. Tous nos projets sont ancrés dans l’intériorité. Transformons d’abord les gens, pour qu’ils aient confiance en eux, et qu’ils se sentent des êtres valables. Ensuite, ils seront plus performants ».

Re-Waouh, quand j’ai entendu ces mots, j’ai été très touchée… Aider les personnes à aller à la redécouverte de leur cœur et de la Joie et l’amour qui s’y trouvent (parfois bien cachés !) … Les reconnecter à leur essence car la Joie est notre essence profonde… Je trouve cela simplement magnifique !

Et nous, sans être dans des situations aussi dures et extrêmes que ces personnes en Bolivie, ne nous arrive-t-il pas aussi d’avoir des espèces de papiers mouillés sur notre cœur qui empêchent notre flamme de se rallumer ? Faisons des choses qui nous mettent en joie, des choses qui nous font du bien, dans chacune de nos journées ! Même si ce sont des choses courtes ou « petites », mais faisons-le ! Comme je l’ai écrit dans un précédent article, si vous ne savez pas ce qui vous mettrait en joie, demandez à votre cœur, lui, il sait (lire l’article dont question). Et si vous n’arrivez pas à entendre les réponses de votre cœur seul, faites-vous aider. Une façon possible, et il y en a d’autres, c’est via le Coaching Passions dont j’ai parlé plus-haut. (Ce que certains en disent…)

Savez-vous que le rire augmente nos défenses immunitaires, qu’il est un Super « médicament » curatif et préventif contre la maladie == > pour la santé ? Ah le rire, la joie… Serez-vous étonnés si je vous disais que c’est également une de mes valeurs profondes ? Ben oui, on est forcément plus touchés par ce qui correspond à nos propres valeurs profondes…

Le plaisir, tu peux le trouver au supermarché, le bonheur, pas…

Je ne vais pas vous raconter tout le film ici, ce serait trop et surtout je veux vous laisser le plaisir de le découvrir et de vous laisser surprendre. Je vais juste encore vous partager quelques phrases inspirantes tirées ci et là dans le film. Disons des petits coups de cœur même si tout le film est en soi un grand coup de cœur !

« Le plaisir c’est désirer quelque chose que tu n’as pas mais dont tu crois avoir besoin, et tu le désires encore, tu en veux toujours plus, et tu n’en as jamais assez. Le plaisir te laisse toujours insatisfait alors que le contentement t’apporte le bonheur. Le bonheur c’est de réaliser que nous sommes heureux avec ce que nous avons » Satish Kumar (ancien moine et activiste en Inde qui a notamment soutenu le mouvement de réforme agraire initié par Gandhi. Ecrivain, rédacteur en chef du magazine « Resurgence & Ecologist », directeur du programme du Schumacher College en Angleterre).

Et dans le même ordre d’idées : « Tu peux appréhender cet univers grâce à la science, mais il te faut garder un œil sur l’aspect spirituel des choses. Ainsi, tu peux créer un équilibre entre la science moderne et les connaissances spirituelles. Le plaisir, tu peux le trouver au supermarché. Le bonheur, tu ne peux pas le trouver là-bas. Pour trouver le bonheur, il faut chercher à l’intérieur de soi… Descends au plus profond de toi, et restes-y longtemps » Surinder Singh, un enseignant de yoga indien.

Et comme dirait Marc : « Tu n’as pas besoin d’une paire de lunettes Gucci pour profiter d’un beau coucher de soleil, c’est ça qui te rend vraiment heureux »

Au-delà du côté visible de toute chose, il existe un côté invisible…

« Ce qui se passe, c’est que nous ne voyons qu’un côté de la création. Et cela est une caractéristique de l’être humain. Nous ne voyons que le côté visible des choses pourrait-on dire. Mais il existe un autre côté qui est invisible, mais reste accessible à ce qu’on pourrait appeler les « yeux de l’âme ». Pour accéder à ces nouvelles perceptions, il faut être prêt à s’ouvrir. Ouvrir son cœur et son esprit. De nos jours, il existe les thérapies, le Yoga, le chemin spirituel, la méditation et tellement d’autres choses pour que l’être humain puisse s’ouvrir et s’éveiller à cette réalité plus subtile » Chaty Secaira, fondatrice d’un centre de méditation au Guatemala.

Et elle continue avec une définition assez sympa de la méditation :

« Notre esprit contient des pensées : « Et si je faisais ceci, ou si je faisais cela ? Peut-être que oui, mais peut-être que non ? Je devrais partir ? Ou bien si je restais ?… » « Tacata tacata tacatacatac… » dans notre esprit, n’est-ce pas ? Cela nous arrive à tous. Eh bien, l’objectif de la méditation, c’est de diminuer ce « Tacata tacata tacatacatac », d’apaiser l’esprit de manière à ce qu’il soit possible de se connecter à cet état de silence qui existe à l’intérieur de soi »

« Tu peux aller à l’intérieur de ton âme et ainsi découvrir ce que tu peux faire en tant qu’individu » Jules Dervaes, paysan à Passadena.

Cette dernière phrase m’a fait penser à ce que m’a dit un jour une cliente (elle parlait de la journée Passions) : « Durant ce genre de journée, tu touches l’âme…ce qui mène à toucher la quintessence de ce qui va nous permettre de rayonner… ». Gratitude.

« J’ai surtout trouvé la Joie ! »

Une dernière phrase extraite de la conclusion finale de Marc dans le film :
« (…) Pendant tous ces voyages passés à rencontrer l’humain, redécouvrir la nature et décoloniser mon esprit, j’ai trouvé certaines réponses à mes questions. Mais j’ai surtout trouvé la Joie  (…) »

Semez de la joie dans vos journées, les fruits que vous récolterez ne seront autres que des rires, des sourires, des fous-rires et les bénéfices secondaires d’avoir goûté à de tels fruits ne sont autres que bien-être, paix intérieure et sérénité. Ça vaut le coup, vous ne trouvez-pas ?

Amusez-vous ! Chantez, dansez, riez… (même seuls dans votre cuisine !)

Au grand plaisir,

Marie-Véronique Delhalle.

« En quête de sens – un voyage au-delà de nos croyances » : https://enquetedesens-lefilm.com/


Le jour où j’écrivais cet article, j’ai reçu ce message inspirant dans ma boîte mail, de Neale Donald Walsch, Auteur des livres à succès « Conversations avec Dieu. Allant dans le même sens que ce que j’ai écrit plus haut, je vous le partage :

« Vos pensées créent votre réalité. Votre esprit est plus puissant que vous pensez. Etes-vous inquiet à propos de quelque chose en ce moment ? Vous sentez-vous incertain à propos de quelque chose ces derniers jours ? Changez votre manière de penser. Les miracles arrivent rarement dans la vie de ceux qui ne les considèrent pas possibles.

Il pourrait y avoir un miracle qui vous attend en cet instant. Faites de la place pour lui dans vos pensées »

« Acceptez simplement la possibilité que cela puisse arriver. Au lieu de dire « Non ce n’est pas possible », ou bien « ça ne marche pas comme cela », ou bien « non, mais arrête de rêver ! », considérez  simplement que « parfois » les miracles arrivent.
Ouvrez-vous simplement, arrêtez d’être tranché et radical, vous ne savez pas comment les événements vont  se dérouler : le bus que vous pensiez avoir raté est arrivé en retard, quelqu’un a changé d’avis de manière inopinée et l’opportunité est désormais pour vous, vous attendez plus longtemps que prévu un rendez-vous mais vous rencontrez quelqu’un d’intéressant avec qui discuter, …
C’est tout aussi facile de dire « Ok je verrais bien » que « non, ce n’est pas possible » mais le résultat, lui, peut être bien différent …»

P : Si cet article vous a plu, partagez-le, il pourrait inspirer d’autres personnes…  Merci.

Comment conserver les bienfaits des vacances ? Quoi faire pour continuer à se sentir bien ?

 Photo vacances_site« On est bien en vacances, on se repose, on se sent bien, mais le problème c’est que quand on rentre, on perd rapidement ces bienfaits et notre énergie retombe très vite !!! » Cette phrase je l’ai entendue de nombreuses fois ces derniers jours… Et cela m’a interpelée. Alors je me suis vraiment posé la question : Que faire pour conserver les bienfaits des vacances ? Je vous laisse découvrir où cela m’a emmenée…

Quelles pensées occupent votre esprit dès les premiers moments après votre réveil ?

Une des choses que j’ai découvertes en étudiant le processus du Test de la passion et certains concepts universels, c’est l’importance de bien commencer sa journée ! Je vous en ai déjà touché un mot lors d’un article précédent où je parlais du Miracle Morning. En effet, ce que nous pensons, faisons et surtout ressentons durant les premiers moments de notre journée est capital pour le bon déroulement de celle-ci !

Comment commencez-vous votre journée ? Quelles pensées occupent votre esprit dès les premiers moments après votre réveil ? Est-ce que vous prenez le temps de réfléchir le matin à quelle direction vous voulez donner à votre journée, donc finalement à votre vie ?

Imaginez, vous vous levez et vos pensées, comme hier et avant-hier, commencent à se mettre en route : « Il faut que je me dépêche sinon je vais être retard » ; « Il ne faut pas que j’oublie de passer chez ma mère en fin de journée sinon ça va encore être un problème » ; « Il a encore oublié de ranger ses chaussures » ; « Quand est-ce que je vais trouver le temps de préparer ma réunion de 11h ? » ; « J’en reviens toujours pas de la réaction de Paul hier ! Mais qu’est-ce qui lui a pris ? » ; « Flûte il n’y a pas assez de pain pour le petit-déjeuner… Céréales pour tout le monde aujourd’hui ! » ; etc., etc.

Ensuite, vous tournez le bouton de la radio, histoire de connaître les nouvelles et vous entendez qu’il y a eu un vol dans une bijouterie avec une personne blessée et ensuite qu’il se prépare une grève dans les transports. Pour finir vous attendez avec impatience la météo et celle-ci vous annonce une journée plutôt pluvieuse…

Après tout cela, comment vous sentez-vous en sortant de chez vous pour aller à votre travail ? Où en est votre niveau d’énergie en ce début de journée ? J’attire votre attention sur le fait que ce niveau d’énergie moyen, voire bas, est uniquement causé par des pensées, les pensées que vous avez activées, vous seul, sans l’aide de personne, pendant que vous vous apprêtiez pour aller travailler.

Et ces pensées que vous avez remuées dans votre tête ont réveillé en vous les émotions qui y sont liées, qui, souvent, ne sont pas agréables… Vous ajoutez à cela quelques nouvelles du jour pas très encourageantes et voilà le cocktail idéal pour démarrer sa journée avec les piles énergétiques déjà bien à plat !

Savez-vous que chaque jour, 90 % de nos pensées sont les même que celles de la veille et ainsi de suite ? Savez-vous que si vous ne dites pas clairement à votre cerveau ce à quoi vous voulez penser, il va automatiquement vous plonger dans les pensées qu’il connait le mieux mais qui, en général, ne sont pas les plus porteuses pour vous ? Oui, si vous ne dites pas clairement quelles pensées vous voulez avoir à votre cerveau conscient, c’est la partie inconsciente de celui-ci qui va prendre le pilotage de votre vie. Ce qui ne sera pas forcément porteur, car cette partie est comme un disque dur qui a emmagasiné une quantité inimaginable de choses vous concernant comprenant tout ce que vous avez vécu jusqu’ici et donc y compris toutes les peurs, les croyances limitantes qui ont éventuellement fait partie de votre enfance. Et c’est en tenant compte de tout cela que votre inconscient va conduire votre vie…

En résumé, si par exemple vous avez ancré en vous la croyance : « Je n’arrive jamais à l’heure » et que vous ne formulez pas explicitement votre intention d’arriver à l’heure à votre rendez-vous, votre pilote automatique, s’arrangera pour donner raison à la croyance qui est en vous et il y a beaucoup de chances pour que vous arriviez en retard… Cette partie inconsciente est vraiment très puissante si on lui laisse la place !

Et si l’on mettait simplement une autre bobine dans le projecteur…

Que peut-on faire ? Nettoyer les croyances inconscientes non porteuses qui nous habitent, certes, mais je ne vais pas aborder ce sujet dans cet article. Par contre ne pourrions-nous pas simplement imaginer, dans un premier temps, de nous passer un autre ‘film’ dans la tête dès le matin au réveil, plutôt que le film de tous nos soucis de la veille et de l’avant-veille ? Et si l’on mettait simplement une autre bobine dans le projecteur ?! En effet, ne pourrions-nous pas nous passer dans la tête dès le réveil, le film des choses qui nous tiennent à cœur, qui nous font vibrer dans la vie, nos plus beaux désirs, nos rêves, les meilleurs moments de nos vacances en étant dans un ressenti de gratitude d’avoir vécu cela, etc. ? La voici la clé (en tous les cas une clé majeure) : changer son énergie du matin et cela commence par changer les pensées que l’on a dès le réveil !

Imaginez une journée où vous vous levez et, tout en vous brossant les dents ou prenant votre douche, vous relisez la liste des choses qui vous font vibrer, qui sont les plus importantes pour vous dans votre vie, qui vous font du bien. Ces choses qui, soit sont déjà dans votre vie et alors éveillent en vous un sentiment de gratitude intense, ou soit qui ne sont pas encore dans votre vie mais qui sont des grands désirs, voire des rêves qui vous tiennent vraiment à cœur, que vous adorez relire tout en vous y voyant déjà (comme le petit enfant qui passe sa commande au père Noël et qui se voit déjà princesse ou policier) et qui éveillent en vous une sorte d’excitation joyeuse rien qu’en y pensant !

Une fois que vous avez enclenché ces pensées-là, qui ont déclenché des émotions agréables en vous, eh bien, entretenez-les le plus possible. Vous vous construisez un film dans votre tête, non pas comme d’habitude sur les difficultés du moment mais bien un film de la vie que vous désirez ! Et vous nourrissez ces pensées pendant tout le temps que vous vous apprêtez.

Ensuite, vous prenez votre petit déjeuner et au lieu d’allumer la radio, vous visionnez une petite vidéo inspirante ou bien vous regardez votre petit film personnel qui reprend la vie que vous désirez créer (je vais vous en parler plus en détails plus loin dans cet article) ou encore vous vous mettez un audio ou un extrait d’audio qui vous nourrit, vous porte…

Maintenant comment vous sentez-vous au moment de partir travailler ? Quel est votre niveau d’énergie ? Je vous invite à tester !

Et de nouveau, vous constaterez que ce niveau d’énergie (plus élevé que dans l’autre cas), ainsi que votre état d’être plus serein, sont uniquement le résultat de certaines pensées, des pensées plus porteuses, plus positives, qui déclenchent en vous des émotions agréables. Vous vous sentez bien uniquement grâce aux pensées que vous avez nourries et rien d’autre !

Demain est un autre jour… Mais quel demain voulez-vous ?

Maintenant continuons votre journée… Penons d’abord la situation où vous avez ressassé dans votre tête vos problèmes et où vous avez également anticipé certains évènements de la journée de la façon suivante : « Je vais encore me retrouver dans des embouteillages » ; « Les métros vont encore avoir du retard et je vais encore devoir courir pour arriver à temps au bureau » ; « On est mardi et je vais encore avoir cette réunion ‘perte de temps’ ! » ; « Je vais encore devoir me battre pour monter dans le métro et avoir une place » ; etc., etc. Arrivé en fin de journée vous vous dites que vous aviez raison parce que tout s’est passé comme vous l’aviez prédit ! Vous vous réjouissez que cette journée se termine en vous disant : « Demain est un autre jour… ». Et vous avez raison, demain est un autre jour, mais si vous démarrez votre journée du lendemain de la même manière que la journée qui se termine, combien avez-vous de chances qu’elle soit différente ? Vous serez d’accord avec moi que les chances seront faibles.

Maintenant reprenons votre journée après avoir concentré vos pensées sur les choses qui vous font vibrer dans la vie. Imaginez, vous sortez de chez vous, vous entrez dans votre voiture, vous mettez votre disque préféré dans le lecteur, vous démarrez et ça roule juste parfaitement jusqu’à votre bureau. Ou encore, vous sortez de chez vous, vous arrivez au métro juste au moment où le bon métro pour vous arrive, vous montez dedans et il y a juste une place qui s’est libérée, vous vous asseyez et votre regard est attiré pour une petite vielle toute sympathique, devant vous, qui vous esquisse un petit sourire… Vous arrivez au bureau en affichant un sourire sur votre visage que vos collègues vous rendent. Vous ouvrez vos mails et vous découvrez que votre client de 10h30 a annulé son rendez-vous, ce qui vous libère juste le temps qu’il vous manquait pour préparer la réunion de 11h qui est importante pour vous. Etc., etc.

Une astuce pour mettre encore plus de chances de votre côté pour que votre journée se passe comme vous la désirez, c’est de prendre le temps de la programmer ! Ça veut dire quoi ? Ça veut dire prendre le temps de détailler ce que vous voulez vivre et comment vous voulez le vivre pour chaque partie de cette journée ! C’est en quelques sortes demander ce que vous désirez, on parle dans ce cas de fixer des intentions. J’y reviendrai dans un prochain article. En attendant, c’est par exemple, en sortant de chez vous, formuler la demande à l’Univers, à la vie, à qui vous voulez… : « J’ai une route fluide et j’arrive à l’heure au bureau » ; « Les métros sont à l’heure et tout roule parfaitement », etc., etc. Et en le formulant, vous le visualisez dans votre tête ;-).

Au lieu d’imaginer la journée qui se déroule avec plein d’obstacles (« Il va encore y avoir des embouteillages »), l’imaginer telle que vous voulez qu’elle se déroule (« Le trafic est fluide et j’arrive à l’aise et à l’heure au bureau »). Dans les deux cas, il ne s’agit que de pensées… C’est juste que votre focalisation est différente. Testez !

A la fin de votre journée, vous commencerez petit à petit à éprouver un sentiment de gratitude pour toutes ces petites (et grandes) choses sympas qui vous seront arrivées durant votre journée… Ressentir de la gratitude appelle à ressentir encore plus de gratitude. Oui, la gratitude est un sentiment turbo-activateur pour se créer de plus en plus de raisons d’être dans la gratitude, vous me suivez ? Vous allez comprendre…

Pourquoi ce changement de résultats ?

Que s’est-il passé ? Eh bien je vous dirais que c’est une question de vibrations… Nous les êtres humains, nous émettons des vibrations. Nous sommes en fait comme une radio, un émetteur-récepteur. Et comme une radio nous émettons certaines vibrations qui vont capter uniquement ce qui est sur la même fréquence vibratoire que nous. Seuls les postes branchés sur le 104.2 capteront l’émission qui émet sur le 104.2. Les postes branchés sur une autre fréquence ne la capteront pas. C’est le même principe pour nous. Ce principe est en fait un principe d’une Loi universelle, que certains appellent la Loi d’Attraction. La Loi d’Attraction est une loi de résonnance vibratoire qui dit que tout ce qui est sur la même fréquence vibratoire (tout ce qui est sur la même longueur d’ondes), s’attire. Qui n’a jamais entendu l’expression : « Qui se ressemble, s’assemble », qui pourrait être dite ainsi : « Qui se ressemble, s’attire ». Je vous reparlerai certainement de cette loi plus en détail dans un autre article car c’est un des sujets qui me passionnent.

Ces vibrations que nous émettons varient selon comment nous nous sentons. Quand nous nous sentons bien, voire joyeux, nous émettons des vibrations de hautes fréquences et attirons à nous des situations, des choses, des personnes qui sont sur cette même haute fréquence vibratoire. Vous avez certainement déjà vécu ce genre de journées où tout vous sourit… Par contre, quand nous avons le moral dans les chaussettes, notre niveau vibratoire est plutôt bas. Et nous attirerons des situations, des choses, des personnes qui vibreront sur la même basse fréquence. Vous savez, ce genre de journée où rien ne va comme vous voulez, où vous accumulez tuile sur tuile…

Voilà donc l’intérêt, vous l’avez compris, de vibrer le plus souvent possible, plutôt à une haute fréquence. Et si c’est dès le matin, c’est encore mieux.

Il y a beaucoup de choses possibles à mettre en place dans sa journée pour élever ses vibrations, pour être dans des vibrations plus positives. Disons que prendre soin de ses pensées dès le réveil serait un excellent début !

Je ne dis pas que c’est forcément facile…

Encore une précision, je ne dis pas que tout cela est forcément facile. Pour certains, ce le sera, et pour d’autres ce sera plus compliqué… Personnellement, il m’arrive encore souvent d’être rattrapée par ces pensées non porteuses, les doutes, etc. à mon réveil, bien sûr ! D’ailleurs, ça m’est arrivé pas plus tard que ce matin… A la différence d’avant, maintenant j’en prends conscience et je me dis : « Est-ce que je veux rester comme cela ? » « Non ! » « Qu’est que je peux faire pour me sentir mieux sinon je vais me créer une journée … ?! » Et là, après avoir porté mon attention sur les choses importantes que je veux créer dans ma vie, je vais voir ce qui pourrait m’aider dans ma boîte à outils personnelle (outils que j’enseigne à mes clients suivant leurs besoins).

Par exemple, aujourd’hui, j’ai fait un petit exercice d’estime de Soi, inspiré de Louise Hay (1 minute), suivi d’un petit exercice d’EFT simplifiée, enseigné entre autres par le Dr Luc Bodin (2 minutes) puis j’ai emmené mon chien et je suis allée marcher/courir 20 minutes en me répétant : « Qu’est-ce que je veux ? » et j’ai petit à petit commencé à visualiser la journée telle que je voulais la vivre plutôt que de me laisser emporter par le tourbillon des pensées plus sombres… Une autre fois, il se peut que je me lance dans une 10aine de minutes d’écriture automatique pour me vider l’esprit… Je choisis l’outil qui me convient à ce moment-là en sachant que mon but est de me sentir mieux pour élever ma vibration.

Je vais être honnête avec vous, je n’y arrive pas toujours… Mais ce que je constate c’est que j’y arrive de plus en plus… car tout cela, c’est comme un muscle, plus on le fait travailler, plus c’est facile ! Et surtout je constate et savoure de plus en plus les petits et grands miracles que tout cela déclenche !!! Essayez, vous verrez !

Et vous dans tout ça, vous vous situez où ?

Maintenant je vous invite à vous demander où vous vous situez par rapport à tout cela ?
Vous retrouvez-vous plutôt dans le premier cas où vous vous laissez aller dans toutes les pensées qui viennent, qui ne sont pas forcément les plus porteuses ni stimulantes et vous démarrez votre journée avec les batteries déjà très à plat ? Ou bien faites-vous partie des personnes qui prennent soin de leur énergie et donc de leurs pensées dès le matin pour s’assurer une meilleure journée ?

Si vous êtes plutôt dans le premier cas et que vous voulez que cela change, c’est possible et ça commence par une DECISION. Oui, il faut le décider et ensuite se donner les moyens d’installer ce changement dans votre vie. Car il s’agit bien d’installer de nouvelles habitudes dans votre vie. Des habitudes pour vous aider à remonter votre niveau d’énergie, votre niveau de vibrations, des habitudes pour changer vos pensées et avoir de plus en plus des pensées porteuses, créatrices qui engendreront des émotions agréables !!! Le cocktail pour s’attirer la vie que vous souhaitez !

Donc à vous de jouer : décidez d’arrêter de subir vos journées et donc finalement votre vie et décidez de prendre les choses en mains. Cela peut commencer par prendre soin de vos pensées du début de journée. Si vous trouvez que cela est difficile à faire seul, faites-vous aider. Et comme je le dis dans chacun de mes articles, ça peut être par un ami, un proche. Clarifiez les choses importantes pour vous dans votre vie et ensuite visualisez-vous en train de vivre ces choses tous les matins. Si vous ajoutez à cela un exercice de gratitude, ce sera vraiment un excellent début de journée. Cela doit devenir ensuite un rituel comme vous brosser les dents ou prendre votre douche. Il y aura donc à répéter cette nouvelle attitude tous les jours pour qu’elle devienne une habitude.

Il est important de trouver Son propre rituel du matin…

Dans le cadre du processus du Test de la passion, en plus de clarifier ce qui vous fait vibrer au plus profond de vous, je guide les personnes à installer de nouvelles habitudes dans leur vie, ce qui comprend un rituel du matin. Avec le temps et l’expérience, je me rends compte que nous sommes tous uniques et qu’il est important de trouver Son propre rituel du matin, celui qui nous convient, que l’on aura envie de faire, encore et encore. J’ai vu trop de gens abandonner parce que c’était trop dur de persévérer à l’encontre des anciennes habitudes qui insistent avec force pour reprendre leur place dans votre vie ! Car il est vrai que c’est un véritable défi de tenir bon dans les nouvelles habitudes alors que les anciennes cherchent à tout prix à revenir au galop. ‘Engagement’ et ‘persévérance’ sont deux mots importants à ce niveau-ci.

Comment cela se passe-t-il ? Cela commence avec le processus de base du Test de la passion (en individuel ou en groupe). Tout d’abord vous clarifiez ce qui compte le plus pour vous dans votre vie aux yeux de votre cœur (donc ce que vous voulez créer dans votre vie), ce que j’appelle votre boussole du cœur. Après cela, vous recevez un mode d’emploi de cette boussole pour que vous puissiez mettre en pratique tout de suite les différents concepts que vous avez appris et faire en sorte que ces choses importantes soient de plus en plus présentes dans votre vie.

Ensuite, cela se poursuit, pour ceux qui le souhaite, au travers du programme de suivi : « Je garde le cap sur mes passions, sur qui je suis vraiment ! » pendant lequel je vous accompagne dans la durée par rapport à vos passions et je vous partage des exercices puissants et des outils pour vous permettre d’avancer et comme son nom l’indique, de garder le cap. On dit qu’il faut deux mois pour installer de nouvelles habitudes, pour qu’elles soient vraiment ancrées, c’est pourquoi j’ai prévu ce programme sur deux mois (en savoir plus sur le Test de la passion et le programme de suivi).

Du nouveau dans le programme ‘Je garde le cap sur mes passions’… !!!!

Last but not least, je viens d’ajouter un outil dans ce programme, un outil que je trouve vraiment extraordinaire pour l’avoir testé pour moi tout récemment et pour en avoir constaté les résultats. C’est le film de la vie que je désire… Oui récemment, après avoir refait le processus du test la passions au complet pour moi-même, je me suis rendue compte que j’avais tout pour créer le film de la vie que je désire. Ce que j’ai fait et… je constate que c’est vraiment puissant tellement il se passe des choses géniales dans ma vie (qui se trouvent dans mon film) depuis que je le visionne tous les matins au minimum !!!!

Je suis tombée, par hasard ;-), sur cet outil peu après avoir lancé la demande à l’Univers de m’aider à trouver des moyens de rendre tout cela le plus facile possible pour les autres (et pour moi-même) !!! Comme je dis à tout le monde : Demandez et vous recevrez, mais il faut penser à demander !

Une fois qu’on a créé son propre petit film de 3 ou 4 minutes (que je crée avec vous), il suffit de se le passer le plus souvent possible à commencer par le matin !!! C’est vraiment puissant ! Je suis vraiment ravie d’ajouter cet outil dans mon programme.

Pour terminer, certains d’entre vous se demandent peut-être pourquoi avoir mis comme titre : « Comment conserver les bienfaits des vacances ? », car, je vous l’accorde, ce que je recommande dans cet article est à mettre en pratique à n’importe quel moment dans notre vie. Disons d’abord que cette question a été mon point de départ et ensuite, je me dis que, juste après des vacances, c’est un très bon moment pour décider d’élever ses vibrations puisqu’elles sont déjà plus hautes que d’habitude !

Et finalement, ce que je vous/nous souhaite à tous c’est de nous sentir vibratoirement en vacances tous les jours !!!

Passionnément vôtre,

Marie-Véronique Delhalle
contact@marie-veronique-delhalle.com
www.marie-veronique-delhalle.com

 

Une histoire de cœur, et rien à voir avec la Saint-Valentin ;-)

Quand on est dans ses passions, ce n’est pas qu’on a moins de difficultés à surmonter que les autres, non, mais on se sent pousser des ailes pour les dépasser ;-)…

J’ai été invitée récemment à coanimer un atelier Passions devant 25 personnes.  Pour moi, qui, à l’âge de 10 ans, ai éclaté en sanglots juste après avoir terminé une élocution devant ma classe, tellement l’effort avait été immense, je peux vous dire que c’était un challenge !!! Jusqu’à présent j’ai plutôt animé des groupes allant de 5 à 10 personnes…

D’ailleurs, au moment de me présenter, je l’ai dit au groupe, tout simplement.
L’atelier démarre, tout se passe bien, arrive la pause thé-café. Un des participants vient près de moi et me dit : « C’est vraiment très clair, on voit que vous êtes dans votre truc » et un autre d’ajouter : « En fait vous êtes alignée et ça semble sortir tout seul ! D’ailleurs, il est où votre trac ?! Parce que vous avez franchement l’air très à l’aise ! » Et moi, à ce moment-là, j’ai réalisé : « Mais oui, c’est vrai, je suis devant un groupe de 25 personnes ! »

Oui, vous l’avez compris : portée par mon enthousiasme, par ce que je disais, j’avais complétement oublié que j’étais, non pas devant un groupe de 5 ou 10 mais bien 25 personnes ! Yes ! Encore un grand pas de franchi !

J’ai vraiment pris conscience que j’adore tellement enseigner, partager tous ces concepts, que mes peurs se sont dissoutes comme neige au soleil dès que j’ai commencé à parler de ce qui me passionne ! Waouh !

Votre cœur sait ce qui fera votre bonheur…

Lors de cet atelier, une participante a partagé le constat suivant : « J’avais d’abord fait ma liste des cinq passions que je considérais comme principales, avec ma logique, puis, ensuite, j’ai fait le test, où l’on va plutôt interroger notre cœur… Quelle n’a pas été ma surprise de constater que ce n’était pas le même résultat !!! Ce que je pensais être le plus important pour moi (avec ma tête) ne correspondait pas à ce qui est ressorti comme étant le plus important pour moi aux yeux de mon cœur…»

Combien de fois n’ai-je pas entendu : « Oh, mais je connais mes passions, je n’ai pas besoin de faire le Test… », suivi de, après avoir passé le Test : « Ben ça alors, je ne m’attendais pas à cela ! » ?! Et c’est ce qui m’est arrivé aussi la première fois que je l’ai passé. Ce que je plaçais en fin de liste (N°12), s’est avéré se retrouver, non seulement dans mes cinq passions principales, mais en N°1 aux yeux de mon cœur !!! Oups, je n’en revenais pas ! Et pourtant, je sentais que dans mon cœur et mes tripes, ça sonnait juste.

Oui, je pense vraiment que notre cœur sait ce qui est vraiment bon pour nous, ce qui est fait pour nous, qu’il est notre indicateur vers là où nous sommes les meilleurs, là où nous sommes à notre place, vers ce pourquoi nous sommes ici !

Pour illustrer mes propos, je vais m’inspirer pour la suite de mon article, d’un magnifique livre qui exprime tellement tout ce que je ressens et que je vous recommande chaleureusement, il s’agit de : « L’infinie puissance du cœur – Trouvez le véritable sens de votre vie » de Baptist de Pape (Vous trouverez toutes les coordonnées de ce livre sur la page Divers de mon site).

Parce que votre cœur constitue votre véritable essence, il sait où vous devez aller et pourquoi vous vous trouvez sur cette terre. Parfois, seul le cœur peut vous dire ce que vous devez faire. Votre cerveau n’a qu’une vision limitée des circonstances dans lesquelles vous vous trouvez, tandis que votre cœur est capable d’évaluer chaque situation d’une perspective plus élevée.

Votre cœur voit votre vie comme un fleuve qui suit son cours – depuis sa source jusqu’à la mer – tandis que votre mental est incapable de voir plus loin que le prochain méandre… Votre mental est focalisé sur les préoccupations immédiates, les objectifs à court terme, qui peuvent cacher la vue de votre but supérieur. Lorsque vous vous tournez vers votre cœur, vous découvrez qu’il savait ce que votre mental ne pouvait voir parce qu’il était trop préoccupé, à savoir que vous approchiez des rapides et qu’il fallait s’y préparer. Ouvrez-vous à votre cœur. Sa conscience supérieure vous parlera tout bas, et vous avertira de turbulences quand cela sera nécessaire. Il s’adressera à vous à travers votre ressenti, votre intuition, et non votre raison.

« Si je pouvais donner un conseil à tout le monde, en particulier aux jeunes gens, ce serait celui-ci : servez-vous de votre cœur. Oubliez votre mental. Votre mental ne fera que vous enfermer dans l’histoire que vous vous racontez, dans votre idée, qui est en général la pire idée que vous puissiez vous faire d’une situation. Mais votre cœur, lui, connaît la vérité. Ecoutez votre cœur, et vous ne pourrez jamais vous tromper. Vous ne vous tromperez pas. » Neale Donald Walsch

Votre cœur vous permet de vous connecter au formidable serveur qu’est l’univers. Ce serveur est omniprésent, même quand vous rencontrez un problème de connexion. Lorsque vous êtes en prise avec l’énergie de l’univers, vous accédez à une perspective globale, dans laquelle votre vie et celles des autres sont interconnectées. Votre cœur sait ce qui fera votre bonheur.

Votre cœur vous révèle ce qui a du sens dans votre vie ainsi que le sens de votre vie. Il vous connecte à une source de connaissance supérieure, à laquelle votre mental ne peut vous faire accéder. Le philosophe Blaise Pascal ne disait-il pas : « Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas »…

Un poisson ne peut pas se noyer dans l’eau, tout comme un oiseau tomber dans l’air… 

Le mental est incapable de vous indiquer si vous vous trouvez sur la bonne voie. Vous pouvez occuper un poste qui fait rêver d’autres personnes, et néanmoins éprouver le sentiment de ne pas être à votre place et vous sentir mal. Si vous connaissez ce sentiment, c’est que votre cœur tente de vous dire que ce n’est pas le bon chemin pour vous.

D’ailleurs, faire fausse route nous aide à prendre ensuite la bonne direction. Lorsque votre cœur vous parle, il vous révèle les coordonnées de l’itinéraire qui vous correspond vraiment, un itinéraire qui vous conduit vers la place que vous devez tenir, la place qui sera la vôtre, la place où vous vous sentirez bien.

« Vous pouvez découvrir ce que vous êtes censé faire de votre vie si vous écoutez vraiment votre cœur » Paulo Coelho

Comme l’écrit si bien Mark Nepo dans le livre de l’éveil : un poisson ne peut pas se noyer dans l’eau tout comme un oiseau ne peut pas tomber dans l’air. De même, chacun de nous doit trouver son véritable élément, c’est-à-dire qui il est vraiment et sa vocation véritable. L’univers veut que vous fassiez ce que vous êtes destiné à faire. Chacun a une mission, qui consiste à faire ce en quoi il excelle et lui procure du plaisir. Cette mission diffère d’une personne à l’autre et peut prendre toutes les formes possibles, de l’enseignement aux enfants en difficultés d’apprentissage, aux soins aux personnes âgées, en passant par le service public ou la direction d’une multinationale ou encore par être une maman au foyer. Chacun de nous possède une mission qu’il est destiné à découvrir…

« Chacun de nous vient au monde en apportant des présents – des présents de l’âme. Ce sont des dons que nous seuls pouvons offrir, car nous sommes uniques. Quand nous écoutons notre cœur, et non le bavardage de la société, et non le brouhaha du monde, alors nous pouvons exprimer nos dons. Nous pouvons réaliser ce que nous avons été appelés à faire – ce que nous nous sommes promis de faire avant de nos incarner » Michael Beckwith

« Vous ne pouvez développer un véritable talent que pour ce que vous aimez. Abandonnez-vous à ce que vous aimez faire, et faites-le si bien que les gens ne pourront pas vous quitter des yeux »
Maya Angelou

La porte de notre âme…

« Pourquoi le but de notre vie devient-il clair lorsque nous nous connectons à notre cœur ? C’est parce qu’au niveau de notre cœur, se trouve une porte – la porte de notre âme. Si nous écoutons ce qui passe par cette porte, nous suivons le chemin de notre âme. Et si nous suivons le chemin de notre âme, le but de notre vie sera parfaitement clair » Ruediger Schache

« La voix de votre âme s’exprime à travers votre cœur qui, tel un compas, vous indique la bonne direction. Le siège de votre âme – votre essence – se trouve dans votre cœur »

Un jour une cliente m’a dit ceci : « Durant ce genre de journée, tu touches l’âme… ». Cela m’avait beaucoup touchée. Et elle n’est pas la seule à m’avoir dit cela.

Vous découvrirez la finalité de votre existence en écoutant votre cœur. Lorsque vous accomplirez votre mission, vous le saurez grâce au plaisir infini que cela vous procurera.

« Votre cœur a un excellent moyen de vous dire si vous êtes ou non sur la bonne voie, cela s’appelle l’enthousiasme. Dès que vous vous enthousiasmez, vous savez que vous suivez votre cœur » P. Coelho

Comment s’ouvrir au langage du cœur ?

Afin d’écouter votre cœur, prenez le temps de trouver la paix et le calme. Quand vous êtes constamment connecté aux autres par téléphone, SMS, e-mail, internet, vous ne laissez pas à votre cœur la possibilité de vous envoyer ses propres messages. Tous vos circuits sont occupés, si bien que votre voix intérieure ne peut se faire entendre.

« C’est quand nous sommes dans le silence que nous pouvons nous connecter à notre cœur. Nous vivons dans le bruit et nous sommes constamment occupés, si bien qu’il n’y a ni temps, ni espace, ni silence pour le cœur. C’est pourquoi les gens méditent ou prient : ils ont besoin de cet espace, de ce moment où ils écoutent leur cœur » Isabelle Allende

Lorsque vous apaisez votre mental, vous le mettez en phase avec votre cœur. Vous pouvez alors entendre les chuchotements de ce dernier que vous n’entendiez pas à cause du bruit de votre mental.

« Si nous n’écoutons pas notre cœur, nous écouterons le bavardage du monde, et nous finirons par obéir aux injonctions d’une société consumériste, préoccupée par l’avoir, en proie à la peur et à l’inquiétude, nous n’aurons pas vécu notre vie. Or nous devons vivre notre vie. Le cœur détient les réponses. Pour entendre la sagesse du cœur, nous devons l’écouter. L’écouter humblement. Selon les mots de Ralph Waldo Emerson : « Demeure coi, tourne-toi vers l’intérieur de toi, et aie conscience que les réponses ne sont pas ailleurs, quelque part dans le monde ». Les réponses, l’intuition qui nous guide, la sagesse, sont en nous. » Michael Beckwith

Le chemin qui mène au cœur passe par le ressenti…

Ce que vous dit votre cœur peut parfois paraître étrange ou illogique – au premier abord. Ne rejetez toutefois pas ces messages d’emblée. Restez assis et écoutez-les. Ne tentez pas de les analyser, jugez-les en fonction des sensations qui les accompagnent. Le chemin qui mène au cœur passe par le ressenti. L’inspiration qui naît du cœur est associée à une sensation organique et naturelle. Laissez cette voix vous indiquer ce qu’elle signifie. Demandez-vous : « Quelle sensation ce message me fait-il ressentir ? » Lorsqu’un choix est inspiré par votre cœur, vous le savez, car vous avez la sensation qu’il est juste.

Pensez à un choix que vous devez faire, vous hésitez entre deux solutions. Imaginez que vous faites le choix de la première solution, qu’est-ce que vous ressentez ? Prenez le temps de ressentir. Ensuite, Imaginez que vous faites le choix de la deuxième solution, que ressentez-vous ? Donnez-vous le temps… Maintenant, vous avez la réponse, je veux dire celle de votre cœur.

Mieux nous nous sentons, plus nous sommes sur le chemin de notre cœur ; moins bien nous nous sentons, plus nous nous en éloignons. La voie (ou voix) du cœur nous conduit vers ce qui est bon pour nous, vers qui nous sommes vraiment au fond de nous-même (et non vers celui qui, pour plein de raisons qui lui appartiennent, joue un rôle, est un personnage).

Les sentiments constituent le langage du cœur. Lorsque vous suivez votre cœur, vous n’écoutez pas ce que dit votre tête, mais ce que vous sentez juste.

Le cœur nous parle donc de différentes manières… 

Lorsque vous suivez votre cœur, vous sentez que vous suivez votre cap. Vous éprouvez de la joie, vous avez le sentiment que votre vie a du sens, une finalité. Vous êtes conscient de votre énergie, de vos pensées et de la voix intérieure qui vous guide. Chaque fois que vous déviez de votre cap, vous vous sentez malheureux.

Pour pouvoir entendre son cœur, il y a à faire de la place, à faire le silence en soi, à faire taire son mental… Il y a beaucoup de manière possible pour faire taire son mental : porter son attention sur sa respiration, sur les différentes parties de son corps, être pleinement dans l’instant présent, méditer… Vous est-il jamais arrivé, alors que vous ne parveniez pas à résoudre un problème, d’aller simplement marcher dans la nature et de revenir avec la solution parfaite ? Moi, tout le temps ! Marcher et savourer chaque instant de cette marche est pour moi une des manières que je préfère pour m’ouvrir au pouvoir de mon cœur et donc à l’énergie et à l’inspiration qui nous entourent. Lorsque nous faisons le choix d’écouter et d’ouvrir notre cœur, nous accédons à cette puissante sagesse.

« Voilà, je crois, ce qui nous connecte au cœur : la créativité, la nature, l’amour, la prière, la méditation et le silence. Je me connecte à mon cœur grâce à la nature, grâce à mon chien. J’ai ensuite la sensation que mon cœur explose, et je ressens la chaleur de mon cœur » Isabelle Allende

Le cœur nous parle donc de différentes manières : nos sensations, notre ressenti, la petite voix intérieure, l’intuition… Une autre manière de dialoguer avec son cœur : redevenir des enfants…

« Chaque homme sur terre a un trésor qui l’attend, lui dit son cœur. Nous, les cœurs, en parlons rarement, car les hommes ne veulent plus trouver ces trésors. Nous n’en parlons qu’aux petits enfants. Ensuite, nous laissons la vie se charger de conduire chacun vers son destin. Malheureusement, peu d’hommes suivent le chemin qui leur est tracé, et qui est le chemin de la Légende Personnelle et de la félicité. Alors, nous, les cœurs, commençons à parler de plus en bas, mais nous ne nous taisons jamais » Extrait de L’Alchimiste de Paulo Coelho

Les enfants suivent généralement bien leur cœur. Ils sont guidés par leur enthousiasme et leur intuition, jusqu’à ce qu’on leur ordonne de contenir leurs élans. Pour vous connecter à votre cœur, il peut vous être utile de vous reconnecter à votre enfant intérieur. Pensez à ce qui vous emplissait de joie lorsque vous étiez enfant. Laissez-vous le ressentir à nouveau… Cela vous connectera à votre cœur. Le cœur qui vous révèle les coordonnées de votre véritable itinéraire.

Ça ne veut pas dire que la vie est plus facile…

Faire des choix de cœur ne veut pas dire, comme je l’ai illustré avec mon expérience au début de cet article, que la vie est plus facile, mais disons que, quand on est dans ce qui est vraiment important pour nous, on voit les choses autrement, et on se découvre des talents, une force, qui nous étaient jusqu’alors inconnus, insoupçonnés !

Je n’ai pas échappé au fait de devoir parler devant un groupe de 25 personnes, mais le fait de parler de quelque chose qui me fait vibrer, cela a fait que mon enthousiasme était plus puissant que ma peur ;-).

Le cœur a toutes les données de votre plan de route, il a une vue globale de votre vie tandis que votre mental ne voit pas plus loin que le prochain tournant. Voilà pourquoi parfois nous serons amenés à vivre des choses qui, d’un premier abord, nous paraitront dénuées de sens, voire carrément allant à l’opposé de ce que nous voulons… Et ce ne sera que plus tard qu’on se rendra compte qu’il était nécessaire de passer par là pour arriver là où nous voulions aller !!!

Quand j’avais plus ou moins 24 ans, c’est parce que je suis tombée dans un travail où l’ambiance et le travail lui-même se sont avérés horribles que j’ai décidé de quitter ce travail pour aller réaliser un de mes rêves ! Ce boulot aurait été très intéressant, je n’aurais probablement pas envisagé de partir.

Un raccourci pour aller à l’essentiel…

Oui, je pense que vous l’avez compris, je vous invite à écouter votre cœur… Et une manière d’aller à l’écoute de son cœur, parmi tout ce qui s’offre à vous, et comme nous l’a rappelé la participante à l’atelier dont j’ai parlé quelques lignes plus haut, c’est au travers du Test de la passion. Comme elle l’a dit, et comme je l’ai vécu pour moi, ce Test nous révèle nos priorités de vie selon notre cœur (et non notre tête). Je vous avoue d’ailleurs, que c’est pour cela que j’adore ce processus et que je ne peux juste plus faire autrement que de l’enseigner, le prodiguer ! C’est devenu mon angle d’approche pour mes accompagnements car, pour moi, c’est un raccourci pour aller directement à l’essentiel.

Si vous désirez, vous aussi, avoir votre « boussole du cœur », une boussole qui vous guide sur le plan de route de Votre vie dans sa vision la plus élevée, ainsi que son mode d’emploi, alors n’hésitez pas à me contacter. Si vous voulez connaître vos priorités profondes dans la vie, vos priorités de cœur et comment vous en rapprocher de plus en plus, je vous invite à me contacter pour en parler. Vous pouvez également réserver une conversation gratuite et sans engagement. C’est l’opportunité pour vous de me poser toutes vos questions en direct et de ressentir si cela vous convient (votre cœur vous le dira ;-). (en savoir plus sur le Test de la passion et le Coaching passions)

Personnellement, maintenant, grâce à mon test de la passion, je suis de plus en plus en alignement avec mes priorités de cœur dans mon quotidien et mon bonheur est complet quand je peux aider les autres à faire de même !!!! Le chemin par lequel je suis passée pour arriver là où je suis maintenant fait que j’ai acquis diverses connaissances et compétences et c’est juste génial ! Je comprends que c’était mon chemin et ce chemin est magnifique. Il est d’autant plus magnifique qu’il me permet maintenant de faire gagner du temps aux autres. Je suis dans une grande gratitude pour cela.

« Listen to your heart », « Ecoute ton cœur »…

Et pour terminer, je ne résiste pas à l’envie de vous partager les premières paroles d’une chanson qui m’a été soufflée (par mon cœur 😉 pendant l’écriture de cet article ! Je suis partie de la chanson « Listen to your heart » du groupe suédois Roxette… J’en ai évidemment gardé le titre. En attendant de mettre une version chantée sur mon site (Oups, c’est un défi que je me lance ;-), je vous offre le premier couplet et le refrain, en anglais et en français :

« Sometimes we’re lost, we feel completely apart
Nothing can help, we just feel bad and it’s hard, yeah
we search a light, an answer, a direction
We don’t know what we want, our passions…

Listen to your heart, he’ll know the best for you
Listen to your heart, your passions will come through
When you don’t know where to go or what to decide
Listen to your heart, he’ll give you the way to fly.

Et en français :

Quand nous sommes perdus, dans l’fond, désemparés
Qu’on se sent juste mal, que rien n’peut nous aider, yeah
Quand nous cherchons une réponse, une direction
Qu’on ne sait pas c’qu’on veut, ni quelles sont nos passions…

Ecoute ton cœur, il connaît ton bonheur
Ecoute ton cœur, direction le meilleur
Quand tu ne sais pas où aller ou quoi décider
Ecoute ton cœur, Il connaît ta destinée…

… A suivre donc.
Oui, un de mes grands rêves est de faire passer mes messages également via des chansons, qui sont par excellence, des vecteurs d’émotions 😉

D’ici mon prochain article, prenez soin de vous et faites un maximum des choses qui vous font plaisir, qui vous font vibrer !!!

Au plaisir de lire vos retours concernant mes articles,

Marie-Véronique Delhalle
contact@marie-veronique-delhalle.com
www.marie-veronique-delhalle.com

PS : Quelques jours après avoir écrit cet article, j’ai reçu le message suivant dans ma boîte d’e-mails. Il s’agit d’une pensée de Neale Donald Walsch (Auteur du livre Conversations avec Dieu) :

« Vos cœurs connaissent en silence les secrets des jours et des nuits.

Khalil Gibran a dit cela et il avait raison. Ecoutez par conséquent votre cœur. Cultivez votre aptitude à le faire. Entraînez-la. Pratiquez-la. Améliorez-la.

Ce n’est pas si difficile. Soyez calme avec vous-même. Et pour l’amour du Ciel, arrêtez d’écouter votre mental. Vous n’y trouverez pas la vérité. Vous trouverez peut-être la réponse, mais ce ne sera pas la vérité à moins qu’elle ne coïncide avec la réponse de votre cœur.

Vous pensez qu’il y a plus à savoir de la vie que cela, mais ce n’est pas le cas. Votre cœur détient la clé. Votre cœur détient la sagesse. Votre cœur détient le futur. Votre mental ne connaît rien à part le passé. Il imagine que le futur sera tout comme hier, donc il prend ses décisions en se basant dessus. Seul votre cœur peut voir au-delà de l’horizon de la mémoire »

 

 

 

 

 

2017 : Et si on arrêtait de se prendre la tête… pour écouter plutôt notre cœur ?!

17308737 - heart vs mindTout d’abord, je ne peux évidemment pas commencer cet article du mois de janvier sans vous souhaiter que 2017 soit une merveilleuse année pour vous !!! Une année où vous vous sentirez BIEN de plus en plus, une année où vous vous rapprocherez de ce qui compte le plus pour vous, de ce qui vous passionne, une année où vous vous sentirez de plus en plus Vivant, une année où vous serez de plus en plus vraiment Vous !!!

Je suis allée le WE dernier à un concert de nouvel an, avec orchestre, danseuses classiques, chorales… et le traditionnel Beau Danube bleu que tout le monde connaît et reconnaît. Je ne sais pas vous, mais moi, durant toute mon enfance, le jour de l’an, on écoutait le concert de Vienne du Nouvel An ! Je n’y connaissais rien en musique classique à l’époque (ce n’était pas mon univers) mais je connaissais le Beau Danube bleu ! Je ne skiais pas non plus (cela non plus ne faisait pas partie de mon univers) mais je connaissais les sauts à ski de Garmisch-Partenkirchen 😉 !

Bon, j’arrête ma madeleine de Proust… Donc je suis allée à un concert du Nouvel an en ce 21 décembre… Au départ, quand j’ai reçu l’invitation je vous avoue que je trouvais cela un peu tard pour un concert du Nouvel An ! Ben oui, nous sommes déjà dans la nouvelle année depuis plus d’une 20aine de jours… Mais bon, j’allais y voir ma filleule danser, donc tard ou pas tard, pas question de ne pas y aller ! Et ce fut un moment délicieux, suspendu, ponctué de Bons et Beaux Vœux pour cette Année 2017. Et cela m’a rappelé que le mois de janvier est le mois des Vœux… Mais oui, bien sûr, n’allons pas plus vite que le temps qui, pour certains, court déjà si vite ! Oui, janvier est le mois des Vœux, le mois où l’on est invité à prendre le temps de réfléchir à ce que l’on souhaite pour cette nouvelle année qui débute ! Et pour rappel janvier compte 31 jours, donc, si vous n’avez pas encore envoyé vos bons vœux à vos proches et surtout si vous n’avez pas encore pris le temps de clarifier vos Vœux pour vous-même, ce que vous vous souhaitez à vous, eh bien, il n’est pas trop tard ! Nous allons d’ailleurs y revenir…

Sans m’attarder sur le sujet, j’ai envie de vous dire que 2017 est une année 1 en numérologie, donc une année de début de cycle, une année de tous les possibles… Une année où les projets qui ont mûri ces dernières années, vont émerger, vont prendre forme. Beaucoup vont récolter les fruits de ce qu’ils ont planté… Saisissez l’occasion pour commencer quelque chose, quelque chose à votre image, quelque chose qui vous ressemble, quelque chose qui vous correspond… Une amie astrologue m’a dit que 2017 était une année où nous étions invités à lâcher sur ce qui nous empoisonne la vie, à ne plus se prendre la tête ! J’adore l’expression « Ne plus se prendre la tête » que je compléterai par « … et plutôt écouter son cœur 😉 ». Oui, Ne plus se prendre la tête et plutôt écouter son cœur, c’est ce qui me guide dans ma vie et dans ma démarche d’accompagnement désormais ;-).

Mais avant de parler de la planification de votre année 2017, je voudrais juste encore revenir sur le bilan 2016 : avez-vous pris le temps de faire le bilan de votre année 2016 comme je vous y invitais dans mon article précédent ? Si c’est Oui, j’espère que vous avez célébré tous vos succès ! Si la réponse est Non, il n’est pas trop tard (lire l’article précédent). Je me permets d’insister car, comme je le dis dans mon article, ça vaut la peine ! Personnellement, après avoir écrit mon article de décembre, je me suis bien évidemment appliquée à faire mon bilan 2016 aussi (ben oui !) et ça n’a pas raté, après avoir parcouru mon agenda et mes cahiers de notes, je me suis exclamée : « Waouh, j’ai tout de même fait tout ça ! ».

Avant d’en terminer avec la partie Bilan 2016, je voudrais encore vous partager une chose dont j’ai pris conscience. Quelque chose qui peut sembler être peu de chose aux yeux de votre mental à l’échelle d’une année de 365 jours, peut, par contre, être quelque chose d’IMMENSE  pour vous au regard de toute votre vie ! Laissez-moi illustrer mon propos par un exemple puisé dans ma liste. En 2016, j’ai donné ma première conférence sur le web. Si j’écoute uniquement mon mental, il me dit : « OK, c’est sympa mais bon, t’en a fait une et puis ?… ». Alors que quand je regarde cela au regard de ma vie complète de personne ultra timide qui, par exemple, à l’âge de 10 ans, après sa première élocution (sur l’éléphant) a éclaté en sanglots, tellement l’effort avait été surhumain pour elle… Eh bien, cette première web conférence prend une tout autre ampleur !!! Ce qui paraît un petit pas pour mon mental est en fait un pas immense pour moi, dans la globalité de ma Vie et dans mon cœur ! Pensez-y pour vous aussi.

Venons-en à cette nouvelle année qui débute et à la manière de la préparer, de la lancer. Quels sont vos vœux pour 2017 ? Quels sont vos souhaits les plus chers ? Qu’est-ce que vous désirez pour vous, pour le monde ? Quels sont vos projets ?

Mais d’abord, parlons un peu de ce qui est très à la mode en début de chaque année, je veux parler des résolutions, les fameuses bonnes résolutions… Qu’est-ce qu’une résolution ? Il me semble qu’on pourrait dire qu’une bonne résolution est une décision prise suite à un constat de quelque chose qui ne nous plaît pas ou plus et que l’on veut changer. Cela consiste donc à décider de mettre une nouvelle habitude en place dans notre vie. « A partir de ce jour, c’est décidé, je ne mange plus de viande » ; « A partir de ce jour, je vais aller courir deux fois par semaine » ; « A partir de lundi, je médite 10 minutes chaque jour » ; «Ca y est, c’est décidé, à partir de…, je …. »

Qu’est-ce qui fait que, la plupart du temps, après quelques semaines, ces décisions prises, avec pourtant une bonne et sincère intention, s’éteignent et donc n’atteignent finalement pas les résultats désirés ? Pour moi, et je dis bien pour moi, il y a deux raisons principales à cela.

Tour d’abord, j’en reviens à cette notion de décision prise avec la tête ou prise avec le cœur… Oui, une bonne résolution est une décision prise, le plus souvent, avec la tête, par le mental (il faudrait absolument que…, je dois absolument commencer à …) et non avec le cœur, qui, si vous lui demandiez son avis, vous dirait très probablement autre chose. C’est exactement la même chose qu’avec le Test de la passion : quand une personne me dit : « Mais vous savez, je connais mes cinq passions principales » et qu’elle en a fait la liste avec sa tête, je lui dis : « Super, nous allons voir si cela correspond à ce que va dire votre cœur, votre ressenti…». Et, jusqu’à présent, à chaque fois, le résultat a été différent !!! Combien de fois ai-je entendu : « Eh bien, moi qui pensais savoir, je ne m’attendais pas à ça ! ». Cela m’est arrivé aussi quand j’ai fait le Test la première fois  !!! (en savoir plus sur le Coaching Passion)

Vous l’avez donc compris, une des raisons pour lesquelles une bonne résolution a du mal à être tenue, c’est parce qu’elle vient de la tête, du mental et a une connotation d’obligation, ce que nous avons plutôt tendance à ne pas trop aimer ;-), au lieu de venir de notre cœur, de notre âme.

La deuxième raison, selon moi, pour laquelle ça a du mal à fonctionner dans la durée, c’est parce qu’il est question d’instaurer une nouvelle habitude. Et qu’instaurer une nouvelle habitude, c’est quelque chose de plus complexe qu’il n’y paraît.

Je ne vais pas entrer dans les détails ici car cela prendrait un article, voire plus, rien que pour ce sujet, et ce n’est pas tout à fait mon expertise, mais disons seulement ceci : une habitude active certaines connexions neuronales dans notre cerveau chaque fois qu’elle apparaît, et plus cette habitude est ancrée en nous, plus ces connexions neuronales vont appeler à être activées… Créer une nouvelle habitude consiste à créer un nouveau réseau neuronal d’une part et surtout à ne plus alimenter l’ancien réseau neuronal, d’autre part, qui correspond à l’ancienne habitude que l’on ne souhaite plus. La difficulté réside dans le fait que cette ancienne habitude, ancrée depuis bien longtemps en nous, essaiera par tous les moyens de se rappeler à nous !!!!

Donc oui, changer une habitude demande du temps et de la persévérance. Cela consiste, en fait, à non seulement instaurer cette nouvelle habitude que l’on veut mettre en place mais aussi à se couper de l’ancienne que l’on veut quitter et qui ne manquera pas d’essayer de se manifester à la moindre occasion… Certains disent qu’il faut 21 jours pour installer une nouvelle habitude, d’autres parlent de 40 jours et d’autres encore de 8 semaines… Ce qui veut dire 21 jours (ou 40 jours ou 8 semaines) de persévérance envers et contre tout ! Voilà, selon moi, une deuxième raison qui explique la difficulté de tenir ses bonnes résolutions (c’est comme quand on fait le Test de la passion, après, il y a à mettre de nouvelles habitudes en place).

C’est bien beau tout cela, mais alors que faire pour bien préparer son année 2017 ? Eh bien, je vous invite à vous arrêter un instant et à vous poser la question suivante : Quelle serait mon année 2017 idéale ? Et autorisez-vous à aller à l’écoute de votre cœur, de votre âme ;-)… (NB : Idéale ne veut pas dire possible !!! Quand cette année est idéale, on ose aller dans les grands désirs, les rêves, voire les Grands rêves !!! ).

Et je vous invite à consacrer du temps à cela !!! Faites-vous ce cadeau ;-). N’oubliez pas ce que je vous ai dit dans un article précédent : tout est d’abord créé dans la tête avant d’être réalisé concrètement dans la matière… Il en est de même pour notre vie !!! 😉 (lire l’article dont question).

Cela constituera vos intentions, vos ‘demandes’ à la vie, à l’Univers, à… (peu importe les mots que vous utilisez). Et plus on est clair sur ce que l’on veut, plus on a de chances de l’obtenir ! Voilà pourquoi il est important de passer du temps à cette clarification. Personnellement, cette année, j’ai passé énormément temps à clarifier mon année 2017 idéale (et ma vie idéale)… parce que je sais à quel point c’est important d’aller le plus loin possible dans cette clarification. Une phrase clé du Test de la passion dit ceci : « Quand je suis clair, ce que je veux se manifestera dans ma vie, mais seulement dans la mesure où je suis clair ».

Voici une astuce qui m’a bien aidée, pour si jamais cela est un peu compliqué pour vous : imaginez-vous le 31 décembre 2017… ça a été une année MAGNIFIQUE… Que s’est-il passé ?
Et vous écrivez (oui, il est important de l’écrire)… Pensez à aller dans tous les domaines de votre vie. Amusez-vous !

Et pour revenir aux bonnes résolutions, une fois que vous avez clarifié ce que vous désirez vraiment, veillez à ce que ce soit quelque chose qui vient de votre cœur et non de votre ego, votre mental, ça sera ainsi plus facile pour garder le cap. Et ensuite, soyez conscient qu’une nouvelle habitude demande du temps et de la persévérance pour se mettre en place. N’hésitez pas, par exemple, à vous entourer d’un partenaire de résolutions pour vous aider, vous soutenir mutuellement en cas de relâche… Cela dit, quand il s’agit de quelque chose qui vient vraiment du cœur, il y a une comme une force en nous, une force puissante qui nous donne des ailes et nous aide à dépasser les obstacles… 😉

Je vous souhaite vraiment de clarifier votre année 2017 idéale, voire votre Vie idéale (et vous invite à l’écrire) et surtout qu’un maximum de vos désirs prennent forme dans votre vie !!! N’oubliez pas que cette année est une bonne année pour lancer les projets qui vous ressemblent, qui vous tiennent à cœur… Pourquoi ne pas mettre toutes les chances de votre côté pour faire de cette année, Votre année ?!!!

Si vous sentez qu’une aide serait la bienvenue pour clarifier tout cela, n’hésitez surtout pas à me contacter. Je vous rappelle que j’offre une première conversation que j’appelle ‘découverte’ qui est entièrement gratuite et durant laquelle vous pouvez me poser toutes les questions que vous désirez. N’hésitez pas 😉 (me contacter)

Je vous souhaite vraiment de tout mon cœur, tout le meilleur pour cette Année 2017 (et au-delà) !!!

Avec Passion, Joie et Gratitude,

Marie-Véronique Delhalle
Animatrice certifiée du Test de la passion
(en savoir plus sur qui je suis et mon activité)

Les trois étapes pour bien clôturer une année et bien en commencer une autre…

52271164_sÇa y est nous voici au crépuscule de cette année 2016. Noël, fête de la lumière et de la naissance du petit Jésus pour certains, vient de tirer sa révérence… Avec des parents qui s’appellent… Marie et Joseph (je vous jure), on peut comprendre que je célèbre la naissance du petit Jésus ;-).
J’ai envie de vous inviter à trois choses durant cette période : Les trois étapes pour bien terminer une année et ensuite bien commencer la suivante.

La première étape que je vous propose est de prendre le temps de clôturer, terminer cette année 2016. Prenez le temps de faire le point d’où vous en êtes et surtout de faire le bilan de tous vos accomplissements durant cette année écoulée et de les célébrer !!! Oui, c’est quelque chose de très important qu’on a plutôt tendance à négliger parce que pas vraiment dans nos habitudes ! Et pourtant, dieu sait si cela est important ! Prenez le temps de savourer, célébrer tout ce que vous avez fait durant 2016… Reparcourez votre agenda de l’année ou, si vous en tenez un, les pages de votre journal, et répondez aux questions suivantes :
Qu’avez-vous accompli durant cette année 2016 ? Qu’avez-vous tenté ? Qu’avez-vous osé ? En quoi cette année 2016 vous a-t-elle fait grandir ? Quelles prises de conscience avez-vous faites ? Riche de quelles leçons, enseignements partez-vous vers 2017 ? Qui étiez-vous en début d’année et qui êtes-vous aujourd’hui ? … Waouh ! Prenez le temps de répondre à ces questions, je vous garantis que cela va vous rappeler des choses que vous aviez oubliées, banalisées… Et ça fait tellement du bien de se les rappeler, vous n’êtes pas d’accord avec moi ?!

Et en plus, c’est vraiment puissant d’être dans l’appréciation… Vous n’imaginez pas à quel point ! ;-). D’ailleurs la Gratitude et l’Appréciation font partie des programmes et ateliers que je vous prépare pour 2017… Deux éléments très importants pour permettre à nos passions, à notre vie idéale de se rapprocher de nous… On pourrait parler d’accélérateurs ;-). Rendez-vous en 2017 !

Une petite astuce que je vous donne (pour faire votre bilan 2016 facilement et agréablement)parce que c’est ce que je viens de vivre il y a quelques jours : fixez un petit rendez-vous avec une personne que vous appréciez, qui vous connaît relativement bien, que vous n’avez plus vue depuis un petit temps et que vous savez qui sera curieuse de savoir ce que vous devenez… C’est génial pour ouvrir la manne à souvenirs, à expériences ! Quand je vis ce genre de rencontres, desquelles je ressors boostée à bloc, pleine d’énergie, cela me rappelle, que c’est au travers du regard de l’autre qu’on réalise l’ampleur de nos accomplissements !!! Oui ! Car, ce qui, à nos yeux, est banal, normal, prend tout d’un coup une toute autre amplitude par le regard de la personne en face de vous !!!

Avouez que c’est extraordinaire. N’avez-vous jamais vécu cela ? Vous racontez que vous avez fait un truc, pour vous tout simple, tout banal, et puis vous voyez la tête de l’autre en face de vous s’illuminer d’admiration ?! C’est ce qui m’est arrivé il y a quelques jours, alors que je racontais un peu mes avancées dans mon activité à une collègue et amie… Je l’entends encore me dire : « Waouh, quel chemin ! … » Alors que moi, je ne me rends plus compte et que mon mental me dirait plutôt : « C’est tout ce que tu as fait en 2016 ?! »…

Il m’est arrivé quelques fois dans ma vie, en effet, de vraiment prendre conscience de certains succès au travers du regard de l’autre sur la chose en question. Parce que soi-même, on ne le voit pas, on croit que c’est normal… Bon, allez, maintenant à vous, décidez d’aller boire un thé ou un café avec une personne qui vous fera vivre cela ;-). Et ça ira dans les deux sens bien sûr… Cela dit, ce rôle de la personne curieuse, intéressée, bienveillante, etc. qui nous permet de porter un autre regard sur nous-même, peut également être joué par un professionnel de l’accompagnement, un Coach de Vie par exemple (mais vous voyez, pas seulement 😉 …

Bon, la deuxième chose que je vous recommande, en cette période de fin d’année (et même de fin de cycle – année 9 – au niveau de la numérologie), c’est de vous permettre une pause, je veux dire une vraie pause ;-). Un temps de retrait sur vous-même, de retrait à l’intérieur de vous-même, un temps de repos, un temps de rien… oui, ne rien faire, juste vous autoriser à être. Un vide entre deux pleins (la fin de l’année 2016 et le début de l’année 2017). Je pense que cela est vraiment très important !

En ce qui me concerne, c’est dans ces moments de vide, de pause, que je reçois mes meilleures idées ! Finalement, c’est logique, car en faisant cette pause, vous laissez de la place pour accueillir ces idées qui en temps normal, ne trouvent aucun endroit où venir, car tout est occupé par votre vie trépidante…Faites-vous ce cadeau ;-). Si vous ne pouvez pas partir quelques jours, offrez-vous un maximum de ces moments de pause dans vos journées… En écrivant ces lignes, j’ai l’image amusante d’un beau paquet sous le sapin que vous pouvez vous faire à vous-même : le paquet est magnifique, brillant et quand vous l’ouvrez, vous trouvez une belle boîte vide avec les mots : « je m’offre des moments de rien (ou de créativité ou…) avec moi-même (avec moi-m’aime) ». Pourquoi pas ?!

Et ensuite, la troisième chose que je vous invite à faire durant cette période de « reset », de remise à zéro, c’est de semer des graines pour 2017, de commencer à préparer une merveilleuse année !!! Alors comme nous venons juste de vivre la période de Saint-Nicolas et Père Noël, je vous invite à faire votre lettre à Père Noël en ce qui concerne 2017 par exemple !!! 😉 Que voulez-vous pour 2017 ? Quelles seraient par exemple les trois grandes choses que vous voudriez que 2017 vous apporte ? Quelle serait votre année 2017 idéale ? Mettez-vous dans la peau du gamin qui écrit sa lettre à Père Noël, qui y croit, qui s’y voit déjà ;-). Faites cela de manière légère, amusez-vous !

Et si vous voulez aller plus loin, si vous avez envie de lancer vos désirs, vos rêves, non pas pour 2017 uniquement mais pour votre Vie idéale, et si vous avez envie d’apprendre à faire en sorte que cette vie idéale prenne petit à petit de plus en plus place dans votre vie, alors je peux vous aider avec le Coaching passions (en individuel) ou lors d’un atelier Passions (en groupe) – En savoir plus.

Donc pour récapituler, prenez le temps de faire le bilan de vos accomplissements 2016 et appréciez-les 😉 ; offrez-vous une vraie pause, une vraie retraite avec vous-même pendant cette période transitoire entre deux années et enfin faites votre lettre à Père Noël pour votre année 2017 idéale ;-).

Je vous souhaite une merveilleuse fête de réveillon, de profiter de chaque instant précieux !

Je vous retrouve avec joie début 2017 ! D’ici là, prenez soin de vous 😉

 

Marie-Véronique Delhalle

Comment faire en sorte que notre peur de mourir diminue ?

dsc05407Derrière la plus grande des peurs, mourir, se cache le plus grands des désirs… Vivre !

Aujourd’hui 2 novembre, jour des défunts, je me sens inspirée à vous écrire sur le thème de la mort…
Mais d’abord, un petit rappel intéressant concernant les dates des 1eret 2 novembre que l’on confond souvent. Le 1er novembre, c’est la Toussaint, la fête de tous les saints, ceux qui sont dans la lumière, près de dieu, diront certains. Ce sont eux qui prient pour nous ! Ça je l’ai appris en préparant cet article ;-).  Le 2 novembre, lui, est le jour des prières pour les défunts. Là, c’est nous qui prions pour tous nos défunts afin que leur âme aille vers la lumière…

Personnellement, ce sont des dates où je suis amenée à penser particulièrement à deux défunts très proches : ma maman s’en est allée un 13 octobre et mon papa un 24 novembre. Et comme nous nous trouvons plus ou moins entre ces deux dates…

Avant, je veux dire avant 2008 plus exactement, je n’aimais pas parler de la mort, ça me mettait mal à l’aise… Comme beaucoup de personnes, j’avais très peur de la mort et c’était un sujet plus ou moins tabou ! Le 13 octobre 2008, ma maman s’en est allée et, à partir de ce jour-là, mon regard sur la mort a changé… Je reviendrai plus tard sur cet événement marquant de ma vie… Toujours est-il que, depuis, je vois la mort, non pas comme une fin, mais juste une fin de chapitre et donc le début d’un nouveau chapitre. Et je peux vous dire que de voir les choses ainsi a énormément diminué ma peur à ce sujet…
C’est bizarre à dire, mais je me sens même, parfois, appelée à accompagner, par la prière, la méditation, une âme qui vient juste de partir… Mais cela aussi, c’est une autre histoire sur laquelle je reviendrai plus tard également.

Pour l’heure, j’ai très envie de vous partager un conte écrit par un de mes mentors, Jacques Salomé. Il s’agit du conte : Le Magicien des peurs.

Il était une fois, dans un des pays de notre monde, un homme que tous appelaient le Magicien des Peurs. Ce qu’il faut savoir, avant d’en dire plus, c’est que toutes les femmes, tous les hommes et tous les enfants étaient habités par des peurs innombrables. Peurs très anciennes, venues du fond de l’humanité, quand les hommes ne connaissaient pas encore le rire, la confiance et l’amour. Peurs plus récentes, issues de l’enfance de chacun, quand l’incompréhensible de la réalité se heurte à l’innocence d’un regard, à l’étonnement d’une parole, à l’émerveillement d’un geste ou à l’épuisement d’un sourire.

Ce qui est sûr, c’est que chacun, dès qu’il entendait parler du Magicien des Peurs, n’hésitait pas à entreprendre un long voyage pour le rencontrer. Espérant ainsi pouvoir faire disparaître, supprimer les peurs qu’il ou elle portait dans son cœur, dans sa tête. Nul ne savait comment se déroulait la rencontre. Il y avait, chez ceux qui revenaient du voyage, beaucoup de pudeur à partager ce qu’ils avaient vécu.

Un jour, un enfant révéla le secret du Magicien des Peurs… Mais ce qu’il dit parut si simple, si incroyablement simple, que personne ne le crut. « Il est venu vers moi, raconta-t-il, m’a pris les deux mains et m’a chuchoté : « Derrière chaque peur, il y a un désir. Il y a toujours un désir sous chaque peur, aussi petite ou aussi terrifiante soit-elle ! Il y a toujours un désir sache-le ! » Il m’a dit aussi : « Nous passons notre vie à cacher nos désirs, c’est pour cela qu’il y a tant de peurs dans le monde ». « Mon travail, et mon seul secret, c’est de permettre à chacun d’oser retrouver, d’oser entendre et d’oser respecter le désir qu’il y a sous chacune de ses peurs ».

L’enfant, en racontant tout cela, sentait bien que personne ne le croyait. Et il se mit à douter à nouveau de ses propres désirs. Ce ne fut que bien des années plus tard qu’il retrouva la liberté de les entendre, de les accepter en lui.

Cependant, un jour un homme décida de mettre le Magicien des Peurs en difficulté… Il voulait le mettre en échec. Il fit le voyage et lui énonça sa peur ainsi : « J’ai peur de mes désirs ! » Le Magicien lui demanda : « Peux-tu me dire le désir le plus terrifiant en toi ?
– J’ai le désir de ne jamais mourir ! murmura l’homme.
– En effet, c’est un désir terrible et fantastique que tu as là. (Après un temps de silence, le Magicien des Peurs continua) Et quelle est la peur qu’il y a en toi, derrière ce désir ? Car derrière chaque désir il y a une peur qui s’abrite, voire parfois plusieurs »
L’homme dit d’un seul trait : « j’ai peur de ne pas avoir le temps de vivre toute ma vie !  »
– Et quel est le désir derrière cette peur ?
– Je voudrais vivre chaque instant de ma vie de la façon la plus intense, la plus vivante, la plus joyeuse, sans rien gaspiller !
– Voilà donc ton désir le plus redoutable murmura le magicien des peurs, d’une voix très douce. Ecoute-moi bien : « Prends soin de ce désir, c’est un désir précieux, unique. Vivre chaque instant de sa vie, de la façon la plus intense, la plus vivante, la plus joyeuse… sans rien gaspiller ! C’est un très beau désir. Si tu respectes ce désir, si tu lui fais une place réelle en toi, tu ne craindras plus de mourir. Va, tu peux rentrer chez toi… »

Et si nous commencions à faire ce qui est important pour nous dès à présent ? ! …

Oui, derrière chaque peur se cache un désir et derrière la peur de mourir, se cache le grand désir de Vivre, de vivre pleinement sa vie ! Je pense en effet que quand on décide de vivre pleinement sa vie, quand on ose aller vers la réalisation de certains de ses rêves, quand on s’engage à aller de plus en plus vers ses passions, les choses qui nous font vibrer, qui nous font nous sentir vivants, notre peur de mourir diminue.

Pourquoi les gens ont-ils peur de mourir ? Qu’entendrez-vous comme réponse si vous posez cette question ? Des choses comme : « J’ai encore plein de choses à faire… » ; « Je n’ai pas accompli tout ce que je veux accomplir » ; « Mes enfants ont besoin de moi, je dois les aider à grandir… » ; « J’ai encore tellement de choses à voir, de personnes à aider, à rencontrer, d’articles à écrire, de livres à lire… »

« Un jour vous vous réveillerez et vous n’aurez plus le temps de faire ce que vous avez toujours voulu faire. Faites-le donc maintenant » Paulo Coelho

Comme le dit ici Paulo Coelho, et si vous commenciez à faire tout cela, tout ce qui est important pour vous, dès à présent ?!… Le meilleur moyen d’avoir accompli, réalisé tout ce qu’on voudrait avoir réalisé avant de quitter cette terre, n’est-ce pas de déjà commencer à le faire ? Si vous voulez laisser une trace par vos écrits, commencez à écrire ! Si vous voulez qu’on se souvienne de vous pour votre façon d’être particulièrement généreuse, soyez cette personne généreuse ! Si vous…, soyez-le déjà ou faites-le déjà… N’attendez pas.

Savez-vous quel est le premier des 5 plus grands regrets des mourants ? C’est une infirmière australienne dans un service de soins palliatifs qui a fait ce constat. Elle raconte dans son livre (The top 5 regrets of the Dying – les 5 plus grands regrets des mourants) que le plus grand regret des personnes en fin de vie est : « J’aurais aimé avoir eu le courage de vivre la vie que je voulais vraiment, pas celle que les autres attendaient de moi ». Elle écrit également dans son livre : « Il était en effet facile de voir que ces personnes avaient beaucoup de rêves qu’elles n’avaient jamais réalisés… La plupart n’avaient même pas fait honneur à la moitié de ceux-ci et mouraient en prenant conscience que cela était dû aux choix qu’elles avaient faits, ou pas faits ».

Avoir le moins de regrets possibles, donc vivre sa vie pleinement, intensément, en savourer chaque instant, faire tout pour se sentir vibrant, vivant, comme le dit le Magicien des Peurs, fera diminuer notre peur de mourir … En effet, le jour où on arrivera à la fin de notre vie, nous n’aurons pas (ou peu) de regrets et donc, ce sera beaucoup moins dur de partir… Je suis désolée si ça choque certains d’entre vous de parler ainsi…mais finalement, est-ce que cela n’a pas tout son sens ?

Un exercice sympa à faire…

Cela me donne l’idée de vous proposer un exercice : avez-vous jamais fait votre « Bucket list » ? Oui ? Non ? Vous n’avez jamais entendu parler de cela ?
Je vous explique brièvement. Il s’agit de dresser la liste de tout ce que vous voudriez avoir accompli avant de mourir (ou si vous préférez au cours de toute votre vie). Oui, rien que ça ! Toutes les choses les plus folles et moins folles, la liste de vos rêves, de vos grands désirs…

Dans le film du même nom, The Bucket list (traduit par Sans plus attendre en français), nous avons les deux héros du film (interprétés par Norman Freeman et Jack Nicholson) qui apprennent chacun qu’ils sont gravement malades et que leurs jours sont comptés. Un des deux écrit alors une liste où il note tout ce qu’il aimerait faire avant sa mort (sa Bucket list).

Pour lui, sa liste n’a rien de sérieux mais son compagnon de chambre tombe dessus et le convainc de partir réaliser ses rêves. Ils partent donc pour la Côte d’Azur. Ils voyagent ensuite d’un bout à l’autre de la Terre : ils chassent le lion en Tanzanie ; ils visitent le Taj Mahal en Inde ; ils grimpent sur l’Himalaya ; ils admirent les gratte-ciels de la ville de Hong Kong ; ils font une course de voitures sur circuit ; ils sautent en parachute ; etc.

Vous l’avez compris cette liste comprend toutes les choses les plus folles qui vous font vibrer, rêver, que vous voudriez accomplir durant votre vie ! Si vous voulez plus d’idées, je vous invite à taper « Bucket list » sur internet, et vous trouverez beaucoup de choses. Maintenant, allez-y, faites Votre liste, Votre Bucket list qui, bien évidemment, évoluera au fil des jours, des mois, des années.

Voici quelques exemples de ce qu’on pourrait trouver dans une  Bucket list : manger une pizza à Rome ; apprendre la salsa au Brésil ; fêter son anniversaire à 3500 m d’altitude ; marcher dans l’Himalaya ; apprendre chaque jour un nouveau mot ; écrire un livre ; arriver à l’aéroport et choisir ma destination sur place ; passer un réveillon à Times Square ; être bénévole dans une association ; apprendre l’espagnol ; faire un road trip sur la route 66 ; planter un arbre ; faire sourire au moins une personne chaque jour ; donner une conférence ; passer le permis bateau ; apprendre à dessiner ; visiter l’Ile de Pâques ; dormir une nuit dans un lodge en Afrique ; etc., etc. Je pense que vous voyez l’idée…

A vous maintenant ! Listez toutes vos envies, toutes ces choses qui, rien que d’y penser, vous font déjà vous sentir plus en vie !!! Voyez grand, rêvez fort et vous notez tout ce que vous voudriez faire durant votre vie sans vous limiter, sans réfléchir au comment le faire (c’est très important ;-).

Amusez-vous !
Avec passion et gratitude,

Marie-Véronique Delhalle
http://marie-veronique-delhalle.com

PS1 : Si vous avez du mal à faire cet exercice ou si vous voulez aller plus loin, n’hésitez pas à m’en parler (contact@marie-veronique-delhalle.com ) car c’est ce genre d’exercice que je fais dans le cadre du Test de la passion. J’aide ensuite à mettre des priorités et à faire en sorte que ces choses qui vous passionnent au plus profond, soient de plus en plus présentes dans votre vie… Pour en savoir plus : http://marie-veronique-delhalle.com/coaching/

PS 2 : Cet article vous a plu? Permettez à d’autres d’en profiter ;-). Merci